Facebook condamné à une amende de 7 millions d’euros en Italie pour pratiques de données «  trompeuses  »

Le chien de garde italien de la concurrence a condamné Facebook à une amende de 7 millions d’euros pour des pratiques « trompeuses » de protection des données.

Le géant de la technologie a été accusé de ne pas avoir informé de manière précise et équitable ses utilisateurs de la collecte de leurs données, a déclaré l’Autorité italienne de la concurrence (AGCM).

L’autorité a déjà infligé une amende de 5 millions d’euros à la plateforme de médias sociaux en novembre 2018 pour pratiques commerciales déloyales et lui a ordonné d’ajuster ses pratiques.

« Facebook Ireland Ltd. et Facebook Inc. n’ont pas respecté l’avertissement visant à supprimer la pratique déloyale relative à l’utilisation des données des utilisateurs et n’ont pas publié la déclaration corrective demandée par l’Autorité », a déclaré l’AGCM dans un déclaration.

« Ils ne fournissent toujours pas d’informations immédiates et claires sur la collecte et l’utilisation des données utilisateur à des fins commerciales. »

« Il s’agit d’informations dont le consommateur a besoin pour décider de s’abonner ou non au service, compte tenu de la valeur économique que Facebook attribue aux données fournies par l’utilisateur, ce qui représente un paiement pour l’utilisation du service. »

Dans une déclaration à Euronews, un porte-parole de Facebook a confirmé que le réseau social avait fait appel de l’amende initiale.

« Nous prenons note de l’annonce faite aujourd’hui par l’Autorité italienne de la concurrence, mais nous attendons la décision du Conseil d’État sur notre recours contre les premières conclusions de l’Autorité », a déclaré le porte-parole.

« Facebook prend la confidentialité très au sérieux et nous avons déjà apporté des modifications, y compris à nos conditions d’utilisation, pour clarifier davantage la manière dont Facebook utilise les données pour fournir son service et pour proposer des publicités personnalisées. »

La plate-forme a déclaré avoir modifié ses conditions de service pour clarifier la façon dont Facebook gagne de l’argent, en facturant aux entreprises et à d’autres organisations la diffusion d’annonces.

Selon l’AGCM, le réseau social avait trompé les nouveaux utilisateurs de la plateforme en ne les informant pas «immédiatement et adéquatement» de la manière dont il collecte et utilise leurs données à des fins commerciales.

L’autorité a également déclaré que les informations fournies par Facebook étaient « génériques et incomplètes » et ne faisaient pas de distinction entre le moment où les données étaient utilisées pour personnaliser les services Facebook ou pour des campagnes publicitaires.

Facebook a été initialement condamné à une amende et condamné à publier une déclaration corrigée sur les politiques de données sur « la page d’accueil du site Web de la société pour l’Italie, sur l’application Facebook et sur la page personnelle de chaque utilisateur italien enregistré ».

« L’enquête en cours a permis de vérifier que les deux sociétés n’ont pas publié la déclaration corrective et n’ont pas mis fin à la pratique déloyale établie », a ajouté l’AGCM.