Skip to content

SINGAPOUR (Reuters) – Un centre commercial à Singapour déploie un robot intelligent nouvellement développé pour lutter contre le nouveau coronavirus, non pas avec des produits chimiques – mais avec de la lumière.

Exterminer! Un robot UV envoyé au centre commercial de Singapour pour zapper le coronavirus

Le PDG du groupe PBA, Derrick Yap, parle de leur Sunburst UV Bot lors d'une interview, au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) à Singapour le 20 mai 2020. REUTERS / Edgar Su

Alors que la pulvérisation est devenue la norme dans de nombreux endroits du monde, le robot utilise des lampes ultraviolettes pour désinfecter non seulement les surfaces, mais aussi les crevasses difficiles à atteindre et même l'air.

Selon Derrick Yap, dont la firme PBA Group a développé le Sunburst UV Bot, la nouvelle pandémie de coronavirus a permis de tester un robot pour un rôle «dangereux, terne et sale».

"C'est dangereux parce que les UVC ne devraient pas être déployés quand il y a des humains autour de nous", a-t-il dit, se référant au type germicide à ondes courtes du rayonnement ultraviolet.

"Bête – parce que vous continuez à aller dans un endroit et que vous continuez à faire une tâche répétée et sale, à cause du COVID-19", a-t-il dit.

Les UVC peuvent être nocifs pour la peau et les yeux, c'est pourquoi le robot, qui ressemble à un tas de lampes fluorescentes debout sur une base mobile, est testé par Frasers Property Retail après l'heure de fermeture du centre commercial.

Mais il est programmé pour éteindre ses lampes UV s'il détecte un humain à proximité. Une fois son itinéraire entièrement tracé, le robot devrait effectuer son cycle de nettoyage de manière autonome et se recharger ensuite.

Yap a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'épidémie de coronavirus incite les entreprises à réévaluer leurs besoins en main-d'œuvre et à utiliser la technologie, y compris les robots.

"À l'avenir, cela sera très utile", a-t-il déclaré.

Un seul Sunburst UV Bot a fait l'objet de tests, Frasers a l'intention d'en déployer plus ailleurs à Singapour.

Mais ils ne sont pas bon marché, chacun coûtant 70 000 S $ (49 500 $). Certains sont loués à des clients pour 3 000 S $ (2 121 $) par mois et certains seront remis à des hôpitaux et des centres d'isolement.

Rapport de Joseph Campbell; Montage par Martin Petty, Robert Birsel

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.