Actualité culturelle | News 24

Exposition transportante « Amor Fati : Quand le feu m’a mordu » de l’artiste Pandora Graessl

Dans un bâtiment abandonné de Mexico, un voyage mythique en serpentin prend vie

Dans plusieurs pièces réparties sur trois étages d’un immeuble en brique abandonné, derrière un petit marché de Mexico, photographe et artiste multidisciplinaire Pandora Graessll’exposition mythique, Amor Fati : Quand le feu m’a mordu, transporte les invités à travers des œuvres photographiques et sculpturales serpentines. L’installation immersive, qui joue avec la lumière et la couleur, la texture et la matière, contraste plusieurs pièces métaphoriques avec leur environnement surprenant. Tandis que l’exposition inattendue alignée sur la foire d’art Zona Maco, elle se poursuivra jusqu’au 20 février.

Avec l’aimable autorisation de Pandora Graessl

Amour Fati est la première exposition personnelle latino-américaine de Graessl, un artiste franco-suisse résidant à Mexico. Dans l’exposition, elle évoque des impressions au jet d’encre de scans hyperréalistes de serpents et d’arrangements floraux et forge des sculptures en bronze tordues. Chaque œuvre est une exploration des mondes mythiques et naturels, et dialogue avec l’édifice brut et les vues au-delà de chaque cadre sans fenêtre.

Avec l’aimable autorisation de Pandora Graessl

Graessl, qui a fondé son propre studio de création après avoir travaillé avec Bureau Betak et Management Artists, j’ai utilisé le pouvoir de la collaboration pour plusieurs pièces dans Amour Fati. Dans une pièce d’angle envoûtante, l’artiste associe sa chaise « La Curandera », fabriquée en acier inoxydable, cuir et peau de python, à un miroir entouré de peaux de python de différentes couleurs, le tout entouré d’enchevêtrements de végétation. Les deux pièces ont été produites en collaboration avec Paolo Angelucci, et sera produit en éditions uniques, sur demande. L’exposition présente également deux tapis développés en collaboration avec Joël Peurchacun composé de coton, de microfibre de polyester et de fil chenille de luxe.

Avec l’aimable autorisation de Pandora Graessl

Parmi les autres collaborateurs figurent le compositeur et le violoncelliste Patrick Bélaga et société audio X-Pan, tous deux contribuant à la pièce maîtresse multisensorielle de l’exposition, une sculpture sonore suspendue sertie de bougies colorées. Hébergée dans un vaste garage, à côté des pièces démontées d’une Corvette rouge (cette dernière ne faisant pas partie de l’exposition), l’ampleur de la sculpture, les flammes vacillantes et le paysage sonore semblable à celui d’un drone piègent les participants.

Avec l’aimable autorisation de Pandora Graessl

Des éléments vivants (comme des moments floraux ou des arbustes enveloppés de plastique) et des représentations de la vie (y compris des images de fleurs) infiltrent chaque pièce. Tout au long, Graessl puise dans l’émerveillement onirique et guide les participants de pièce en pièce en leur demandant de s’interroger sur ce qu’ils rencontrent. Il y a quelque chose d’obsédant Amour Fati et quelque chose de hanté dans le lieu. Et c’est cette logique qui permet à toutes les parties de travailler au service les unes des autres – ou de se consommer les unes les autres – un peu comme un ouroboros.

Amour Fati est ouvert au public de 10h à 20h et sur rendez-vous, Avenue Thiers 231, Anzures, Miguel Hidalgo, 11590, Mexico.

Emplacement publicitaire : article_culture_incontent Emplacement publicitaire
CONTEXTE : mécontentement

Cet espace réservé est supprimé lorsque l’espace publicitaire est configuré.