Actualité culturelle | News 24

EXPLAINER : Qu’est-ce qu’une voix noire australienne au Parlement ?

CANBERRA, Australie (AP) – Les Australiens s’attendent à voter cette année lors d’un référendum qui inscrirait dans la constitution du pays un mécanisme permettant aux peuples autochtones de conseiller le Parlement sur les politiques qui affectent leur vie, connues sous le nom de Voice.

Les partisans affirment que l’intégration de la voix dans la constitution reconnaîtrait la place particulière que les peuples autochtones occupent dans l’histoire australienne tout en leur permettant de contribuer aux politiques gouvernementales.

Les sceptiques et les opposants disent que les Australiens ont besoin de plus de détails avant de voter sur une proposition qui risque de diviser la nation selon des lignes raciales sans réduire le désavantage autochtone.

À l’approche du premier référendum australien depuis une génération, le soutien bipartite considéré comme essentiel pour réussir à modifier la constitution n’a pas encore émergé et les dirigeants autochtones restent divisés.

Voici quelques questions et réponses sur les principaux enjeux du référendum :

____

QUI SONT LES AUSTRALIENS AUTOCHTONES ?

L’Australie est inhabituelle parmi les anciennes colonies britanniques en ce sens qu’aucun traité n’a jamais été signé avec les habitants autochtones de la nation. Les aborigènes du continent australien sont culturellement distincts des insulaires du détroit de Torres qui viennent d’un archipel au large de la côte nord-est. Ainsi, la population indigène d’Australie est connue collectivement sous le nom de peuple aborigène et insulaire du détroit de Torres.

Ils représentaient 3,2% de la population australienne lors du recensement de 2021. Le nombre d’autochtones a grimpé de 25 % depuis le dernier recensement en 2016. Certains disent que la baisse de la stigmatisation a encouragé davantage d’Australiens à reconnaître leur héritage autochtone. D’autres disent que les racines autochtones sont truquées pour réclamer des avantages gouvernementaux visant à surmonter le désavantage autochtone.

Les Australiens indigènes sont le groupe ethnique le plus défavorisé d’Australie. Ils meurent plus jeunes que les autres Australiens, sont moins susceptibles d’être employés, atteignent des niveaux d’éducation inférieurs et sont surreprésentés dans la population carcérale.

____

QUELLE EST LA VOIX ?

La question référendaire proposée demande seulement aux Australiens s’ils sont d’accord avec la Voix en principe.

« Soutenez-vous une modification de la constitution qui établit une voix aborigène et insulaire du détroit de Torres ? demande la proposition du gouvernement.

Si la réponse est « oui », la constitution serait réécrite pour déclarer que la Voix « peut faire des représentations » au Parlement et au gouvernement exécutif « sur des questions relatives aux peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres ».

Les partisans disent qu’il n’y aurait pas de droit de veto autochtone sur la politique gouvernementale et que les législateurs seraient libres de ne pas tenir compte des représentations de la voix.

Mais les opposants soutiennent que les tribunaux pourraient interpréter les pouvoirs constitutionnels de la voix de manière imprévisible, créant une incertitude juridique.

On ne sait pas qui ferait partie de la voix et comment ils y arriveraient.

Le Parlement aurait « le pouvoir de faire des lois concernant la composition, les fonctions, les pouvoirs et les procédures » de la Voix, selon la constitution.

____

D’OÙ VIENT L’IDÉE D’UNE VOIX ?

The Voice a été recommandé en 2017 par un groupe de 250 dirigeants autochtones qui se sont rencontrés à Uluru, un rocher de grès emblématique du centre de l’Australie qui fait peur aux propriétaires traditionnels. Il s’agissait de délégués de la Convention constitutionnelle nationale des Premières Nations à qui le gouvernement de l’époque avait demandé des conseils sur la manière dont la population autochtone pourrait être reconnue dans la constitution.

Le gouvernement conservateur a immédiatement rejeté la proposition, arguant qu’une voix serait considérée comme une «troisième chambre» du Parlement, un ajout indésirable à la Chambre des représentants et au Sénat.

Lorsque le Parti travailliste de centre-gauche a remporté les élections en mai de l’année dernière, le Premier ministre Anthony Albanese a profité de son premier discours pour engager son gouvernement à créer la Voix.

Le parti des Nationals, le partenaire junior de la coalition dans l’ancien gouvernement, a annoncé en novembre qu’il avait décidé de s’opposer à la Voix, affirmant qu’il diviserait la nation selon des critères raciaux.

Les Nationals soutiennent également que la Voix saperait le travail de 11 législateurs autochtones parmi les 227 législateurs fédéraux au Parlement.

Le Parti libéral, le principal partenaire de la coalition, n’a pas encore annoncé de position, mais a exigé plus de détails.

____

QUAND LE RÉFÉRENDUM AURA-T-IL LIEU ?

Le gouvernement prévoit de présenter au Parlement en mars un projet de loi qui organiserait le référendum.

La législation serait examinée par une commission parlementaire pendant six semaines, au cours desquelles plus de détails émergeraient, avant que le gouvernement espère qu’elle passe au vote en mai.

Le gouvernement espère que le référendum aura lieu un samedi entre août et novembre.

___

COMMENT LA CONSTITUTION DE L’AUSTRALIE EST-ELLE CHANGÉE ?

Changer la constitution n’a jamais été facile et plus de quatre référendums sur cinq échouent.

Un référendum visant à modifier la constitution nécessite ce que l’on appelle une double majorité – le soutien de la plupart des adultes australiens à l’échelle nationale plus une majorité d’électeurs dans une majorité d’États. Cinq référendums ont échoué parce que s’ils étaient soutenus par la plupart des Australiens, ils n’ont pas obtenu la majorité dans au moins quatre des six États. La participation électorale est élevée car le vote est obligatoire.

Sur les 44 référendums organisés depuis l’entrée en vigueur de la constitution en 1901, seuls huit ont été adoptés et aucun depuis 1977.

Lorsque l’Australie a organisé un référendum pour la dernière fois en 1999, la reconnaissance des autochtones dans la constitution était un problème clé derrière l’une des questions. Les Australiens ont été invités à approuver l’ajout d’un préambule à la constitution – une introduction qui n’avait qu’une signification symbolique et aucune signification juridique.

Le préambule devait reconnaître que les Australiens autochtones avaient habité le pays «depuis des temps immémoriaux» et étaient «honorés pour leurs cultures anciennes et continues».

Certains observateurs soutiennent qu’une telle reconnaissance de la place des Australiens autochtones dans l’histoire de la nation serait un changement constitutionnel plus facile à faire aujourd’hui que la création de la voix.

Rod Mcguirk, l’Associated Press



Articles similaires