Exemptions humanitaires américaines sur les sanctions afghanes bloquées par la Chine

  • La Chine a déclaré qu’elle était contre les exemptions au cas par cas sur les sanctions.
  • Il n’y a pas d’exemptions humanitaires du régime de sanctions contre l’Afghanistan contrôlé par les talibans.
  • Les États-Unis ont achevé leur retrait d’Afghanistan le 30 août 2021.

La Chine, soutenue par la Russie, a bloqué lundi un projet de résolution américain au Conseil de sécurité de l’ONU qui aurait prévu un système d’exceptions humanitaires aux sanctions économiques imposées à l’Afghanistan contrôlé par les talibans.

« Ils veulent la suppression » d’un paragraphe de la résolution permettant au comité des sanctions chargé de l’Afghanistan de prévoir « des dérogations au gel des avoirs » s’il considère qu' »une telle dérogation est nécessaire pour faciliter la poursuite de l’assistance à l’Afghanistan », a déclaré un diplomate. AFP sous couvert d’anonymat.

La Chine, « opposée par principe aux sanctions », est « contre un mécanisme d’exemption au cas par cas », a confirmé un autre diplomate.

« L’aide humanitaire et l’assistance vitale doivent pouvoir atteindre le peuple afghan sans aucune entrave », a déclaré lundi l’ambassadeur de Chine à l’ONU, Zhang Jun, dans un tweet. « Les conditions ou restrictions créées artificiellement ne sont pas acceptables. »

Washington espérait l’approbation lundi de son projet par les 14 autres membres du Conseil de sécurité afin qu’ils puissent le mettre aux voix mardi, ont indiqué des sources diplomatiques.

« Il n’y a actuellement aucune exemption humanitaire du régime de sanctions » imposé aux talibans en 2015, et pour les travailleurs humanitaires, « effectuer des transactions financières avec des ministères dirigés par des personnes sous sanctions violerait les sanctions », a déclaré un diplomate.

Après avoir abandonné le paragraphe contesté sur les exemptions au cas par cas, les États-Unis ont soumis lundi soir un nouveau projet indiquant que, pendant un an, l’aide humanitaire ne serait pas considérée comme une violation des sanctions contre l’Afghanistan.

Martin Griffiths, chef des affaires humanitaires de l’ONU, a déclaré que « le besoin de liquidités et de stabilisation du système bancaire est désormais urgent – non seulement pour sauver la vie du peuple afghan mais aussi pour permettre aux organisations humanitaires de réagir ».


Ne manquez jamais une histoire. Choisissez parmi notre gamme de newsletters pour recevoir les nouvelles que vous souhaitez directement dans votre boîte de réception.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.