Skip to content

Everton évitera toute sanction de la part des autorités du football, malgré une perte de 111,8 millions de livres sterling au cours des 13 derniers mois.

Cela équivaut à une augmentation des pertes après impôt de 98,8 millions de livres sur les pertes de l'année précédente, et a fait craindre que les Bleus ne tombent en infraction avec les règles de rentabilité et de durabilité de la Premier League.

Le propriétaire Farhad Moshiri a cependant injecté plus d'argent dans le club sous forme de prêts, l'homme d'affaires milliardaire prenant ses prêts sans intérêt à Everton au-delà de 350 millions de livres sterling.

Cela a permis au conseil d'administration de réduire les dettes à seulement 9,2 millions de livres sterling par rapport aux emprunts de l'année précédente de 65,7 millions de livres sterling.

Et avec le partenaire commercial à long terme de Moshiri et multimilliardaire Alisher Usmanov, qui intensifie son investissement dans le club Goodison grâce au parrainage et aux droits de dénomination, les Blues restent solvables.

Mais les pertes record enregistrées au cours de la dernière période comptable indiquent un problème plus profond pour faire face aux lourdes dépenses du club, avec une masse salariale de 160 millions de livres sterling qui représente désormais près de 90% des revenus.

Et en privé, les experts financiers du club admettent que les revenus doivent être considérablement augmentés au cours du prochain exercice, pour éviter les sanctions des règles du fair-play de la FIFA ou des règlements de la Premier League.

Les initiés du club soulignent la nomination de Carlo Ancelotti comme preuve que Moshiri est sérieux quant à l'objectif de réussir sur le terrain, d'augmenter les sources de revenus.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *