Dernières Nouvelles | News 24

Eurostar : Des centaines de places dans les trains invendues pour éviter les longues files d’attente dans les gares | Nouvelles du Royaume-Uni

Des centaines de sièges sur les trains Eurostar de Londres au continent sont délibérément laissés invendus afin que de longues files d’attente ne s’accumulent pas dans les gares, a admis la société.

Une réduction du nombre d’agents aux frontières signifie qu’il faut près de 30 % plus de temps pour traiter les passagers quittant St Pancras International qu’avant le Brexit et la pandémie.

L’exigence post-Brexit de tamponner les passeports britanniques pour les voyages à l’étranger contribue également au retard.

Le nombre de sièges est désormais limité pour éviter goulots d’étranglement dans les gares.

Les premiers services quotidiens reliant Londres à Paris et Bruxelles peuvent accueillir jusqu’à 900 passagers.

Mais 350 de ces sièges ne sont intentionnellement pas vendus.

Eurostar exploite les seuls trains à grande vitesse qui relient directement le Royaume-Uni à la France et à la Belgique via le tunnel sous la Manche.

En plus de St Pancras à Londres, il gère également des services britanniques depuis Ebbsfleet et Ashford, tous deux dans le Kent.

Lire la suite:
Eurostar supprime les trains directs entre Londres et Disneyland Paris en raison du Brexit
La France promet un soutien financier pour “maintenir la liaison stratégique Eurostar” avec le Royaume-Uni

La directrice générale d’Eurostar, Gwendoline Cazenave, a déclaré qu’il était essentiel que les premiers trains partent à l’heure pour éviter un problème d’entraînement.

“Si vous retardez le premier train, vous retardez le second et c’est une très mauvaise expérience client”, a-t-elle déclaré.

“Nos clients disent que c’est affreux.”

Trains Eurostar à St Pancras
Image:
Trains Eurostar à St Pancras

Les passagers sont invités à arriver jusqu’à 90 minutes avant leur départ afin qu’ils aient suffisamment de temps pour passer les contrôles aux frontières, ce qui est trois fois plus long qu’avant la pandémie.

Articles similaires