Étude : Suivi par télésanté lié aux visites répétées aux urgences

Les patients qui ont participé à une visite de suivi par télésanté après avoir été traités dans un service d’urgence étaient plus susceptibles de retourner aux urgences et d’être hospitalisés que ceux qui avaient eu des rendez-vous en personne.

L’étude, publiée cette semaine dans Réseau JAMA ouvertont analysé près de 17 000 rencontres de deux services d’urgence dans un seul système de santé universitaire à Los Angeles entre avril 2020 et septembre 2021. Pour être inclus, les patients devaient avoir un rendez-vous de suivi avec un médecin de premier recours dans les 14 jours suivant leur première visite au service d’urgence. .

Les chercheurs ont découvert que le suivi par télésanté était associé à 28,3 visites répétées à l’urgence et à 10,6 hospitalisations de retour supplémentaires pour 1 000 patients par rapport aux soins de suivi en personne.

Pour les visites en personne, 16 % ont été suivies d’une visite de retour à l’urgence et 4 % ont inclus une hospitalisation dans les 30 jours. Parmi les suivis en télésanté, 18 % ont été suivis d’une autre visite à l’urgence et 5 % d’une hospitalisation.

“Dans cette étude de cohorte rétrospective, nous avons constaté qu’après leur sortie de l’urgence, les patients bénéficiant de visites de suivi post-urgence par télésanté étaient plus susceptibles de retourner à l’urgence, même après ajustement pour les caractéristiques sociodémographiques, le type d’assurance, la distance à la ED, gravité de la maladie lors de la visite index, délai entre la sortie de l’ED et le suivi et complexité médicale (RAF [Risk Adjustment Factor] scores) », ont écrit les chercheurs.

“Il y a également eu une augmentation numérique des hospitalisations ultérieures, mais la différence n’était pas statistiquement significative. L’association de la télésanté avec une utilisation accrue des soins de santé justifie une étude plus approfondie pour évaluer sa pertinence en tant que modalité de suivi post-ED.”

POURQUOI EST-CE IMPORTANT

Les chercheurs ont noté qu’il y avait certaines limites dans leur analyse. En tant qu’étude observationnelle, il aurait pu y avoir des informations manquantes qui ne seraient pas collectées dans les DSE, comme le chômage, le revenu ou la confiance dans le système de santé.

Les patients auraient également pu consulter un médecin de soins primaires en dehors du système de santé étudié, tandis que les scores du facteur d’ajustement au risque manquaient souvent pour les participants non assurés. Les études futures devraient également inclure davantage de systèmes de santé, car l’accent mis sur un système pourrait limiter la généralisabilité de l’étude à d’autres contextes.

Bien que l’étude montre des inquiétudes quant au recours à la télésanté pour les soins après le congé, les chercheurs ont noté qu’il devrait être considéré dans le contexte des avantages de la télémédecine, comme la gestion des maladies chroniques.

“Un mécanisme potentiel pour expliquer l’utilisation accrue des soins de santé après les visites de télésanté est la limitation inhérente à la capacité des cliniciens à examiner les patients, ce qui peut obliger les cliniciens à avoir un seuil inférieur pour renvoyer les patients à l’urgence pour une évaluation en personne s’ils ont tout symptôme persistant”, ont écrit les auteurs de l’étude. “Il est également possible qu’indépendamment de l’absence d’examen physique, les cliniciens en télésanté ne soient pas en mesure de communiquer aussi bien avec les patients, entraînant une incapacité à évaluer pleinement ou à intervenir sur l’évolution de la maladie et entraînant une détérioration de l’état du patient et des besoins ultérieurs. pour hospitalisation.”