Skip to content
Erik Prince, allié de Trump, a violé l’embargo sur les armes en Libye, selon un rapport de l’ONU

NAIROBI, Kenya – Erik Prince, l’ancien chef de l’entreprise de sécurité Blackwater Worldwide et un éminent partisan de l’ancien président Donald J.Trump, a violé un embargo des Nations Unies sur les armes sur la Libye en envoyant des armes à un commandant de milice qui tentait de renverser le gouvernement soutenu, selon les enquêteurs de l’ONU.

Un rapport confidentiel de l’ONU obtenu par le New York Times et remis par les enquêteurs au Conseil de sécurité jeudi révèle comment M. Prince a déployé une force de mercenaires étrangers, armés d’avions d’attaque, de canonnières et de capacités de cyberguerre, dans l’est de la Libye à la hauteur d’un bataille majeure en 2019.

Dans le cadre de l’opération, qui, selon le rapport, a coûté 80 millions de dollars, les mercenaires prévoyaient également de former une équipe d’intervention qui pourrait retrouver et tuer certains commandants libyens.

M. Prince, ancien Navy SEAL et frère de Betsy DeVos, secrétaire à l’éducation de M. Trump, est devenu un symbole des excès de la force militaire américaine privatisée lorsque ses sous-traitants de Blackwater ont tué 17 civils irakiens en 2007.

Au cours de la dernière décennie, il s’est relancé en tant que dirigeant qui conclut des accords – parfois pour des minerais, d’autres fois avec une force militaire – dans des pays en proie à la guerre mais riches en ressources, principalement en Afrique.

Sous l’administration Trump, M. Prince était un généreux donateur et un allié fidèle du président, souvent de concert avec des chiffres comme Steve Bannon et Roger Stone alors qu’ils cherchaient à saper les critiques de M. Trump. Et M. Prince a été examiné de près par l’enquête Trump-Russie lors de sa rencontre avec un banquier russe en 2017.

M. Prince a refusé de coopérer à l’enquête de l’ONU; son avocat n’a pas répondu aux questions sur le rapport. L’année dernière, l’avocat Matthew L. Schwartz a déclaré au Times que M. Prince «n’avait rien du tout» à voir avec les opérations militaires en Libye.

Le rapport soulève la question de savoir si M. Prince a joué sur ses liens avec l’administration Trump pour mener à bien l’opération en Libye.

Il décrit comment un ami et ancien partenaire de M. Prince s’est rendu en Jordanie pour acheter des hélicoptères Cobra de fabrication américaine excédentaires à l’armée jordanienne – une vente qui nécessiterait normalement l’autorisation du gouvernement américain, selon des experts militaires. L’ami a assuré aux responsables jordaniens qu’il avait «des autorisations de partout» et que le travail de son équipe avait été approuvé «au plus haut niveau», selon le rapport.

Mais les Jordaniens, peu impressionnés par ces affirmations, ont arrêté la vente, obligeant les mercenaires à s’approvisionner en nouveaux avions en Afrique du Sud.

Un responsable occidental, s’adressant au Times sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à discuter de travaux confidentiels, a déclaré que les enquêteurs avaient également obtenu des enregistrements téléphoniques montrant que l’ami de M. Prince et ancien partenaire avait passé plusieurs appels au standard principal de la Maison Blanche à fin juillet 2019, après que l’opération mercenaire eut des problèmes.

L’accusation selon laquelle M. Prince aurait violé l’embargo sur les armes de l’ONU sur la Libye l’expose à d’éventuelles sanctions de l’ONU, y compris une interdiction de voyager et un gel de ses comptes bancaires et autres avoirs – bien qu’un tel résultat soit incertain.

M. Prince n’est pas le seul à avoir été accusé d’avoir violé l’embargo sur les armes imposé à la Libye depuis dix ans. L’ingérence effrénée des puissances régionales et mondiales a alimenté des années de combats, attirant des mercenaires et autres profiteurs à la recherche de richesses d’une guerre qui n’a apporté que la mort et la misère à un grand nombre de Libyens.

L’ampleur des preuves dans le dernier rapport de l’ONU – 121 pages de noms de code, d’articles de couverture, de comptes bancaires offshore et de transferts d’armes secrets dans huit pays, sans parler d’une brève apparition d’un ami hollywoodien de M. Prince – donne un aperçu de le monde secret des mercenaires internationaux.

La Libye a commencé à se fracturer il y a dix ans, lorsque l’éviction violente du dictateur de longue date du pays, le colonel Mouammar el-Kadhafi, a déclenché une crise politique qui a éclaté le pays en factions armées, dont beaucoup ont finalement été soutenues par des puissances étrangères espérant façonner le destin. de la nation nord-africaine riche en pétrole.

L’est de la Libye est désormais entre les mains de Khalifa Hifter, le puissant commandant de la milice que M. Prince a accepté de soutenir, selon le rapport, alors que le pays a été ravagé par les combats en 2019.

Ancien actif de la CIA qui est revenu d’exil en Virginie après la chute de M. Kadhafi en 2011, M. Hifter s’est rapidement établi dans la ville orientale de Benghazi en tant qu’homme fort en herbe déterminé à se frayer un chemin vers le pouvoir si nécessaire.

À la fin des années 70, M. Hifter s’est appuyé pendant des années sur les Émirats arabes unis pour le financement, des drones armés et une gamme d’armes puissantes, selon les rapports successifs des Nations Unies. Plus récemment, M. Hifter a également reçu le soutien de la Russie, sous le couvert de mercenaires du groupe Wagner lié au Kremlin qui est devenu une partie intégrante de sa machine de guerre.

En avril 2019, M. Hifter a lancé une attaque fulgurante contre la capitale, Tripoli, mais de formidables obstacles se sont dressés sur son chemin, notamment des troupes nouvellement arrivées de Turquie soutenant le gouvernement soutenu par l’ONU. M. Hifter s’est donc tourné vers M. Prince.

Mark Mazzetti a contribué au reportage de Washington.