Erdogan de Turquie : l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN pose des « risques » pour « l’avenir de l’organisation »

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Le président turc a souligné les activités du Parti des travailleurs du Kurdistan dans le cadre des objections de son pays à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN et a déclaré que les deux nations feraient peser des risques sur la sécurité de la Turquie.

Le groupe connu sous le nom de PKK a mené une insurrection de 38 ans contre la Turquie qui a fait des dizaines de milliers de morts. Il est désigné comme entité terroriste par les États-Unis et l’Union européenne, y compris la Suède et la Finlande.

Cependant, l’attitude de l’Occident envers l’aile syrienne du PKK, les Unités de protection du peuple, ou YPG, a provoqué de l’acrimonie entre Ankara et d’autres membres de l’OTAN. Les YPG constituent l’épine dorsale des forces impliquées dans la lutte menée par les États-Unis contre le groupe État islamique.

“La Turquie soutient que l’admission de la Suède et de la Finlande comporte des risques pour sa propre sécurité et l’avenir de l’organisation”, a écrit le président Recep Tayyip Erdogan dans un article publié lundi soir par The Economist.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’exprime lors d’une conférence de presse à Ankara, en Turquie, le 14 mai.
(AP Photo/Burhan Ozbilici)

ERDOGAN EN TURQUIE ACCUSE LA SUÈDE ET LA FINLANDE DE SOUTENIR LE TERRORISME, CONTREFAÇANT POTENTIELLEMENT LES ASPIRATIONS DE L’OTAN

Se référant au principe central de la politique de défense mutuelle de l’OTAN, il a ajouté : « Nous sommes parfaitement en droit d’attendre de ces pays, qui s’attendent à ce que la deuxième plus grande armée de l’OTAN vienne à leur défense en vertu de l’article 5, qu’ils empêchent les activités de recrutement, de collecte de fonds et de propagande du PKK.”

Le président turc Tayyip Erdogan tient une conférence de presse lors du sommet de l'OTAN au siège de l'alliance à Bruxelles, en Belgique, le 14 juin 2021.

Le président turc Tayyip Erdogan tient une conférence de presse lors du sommet de l’OTAN au siège de l’alliance à Bruxelles, en Belgique, le 14 juin 2021.
(Reuters/Yves Herman/Pool/Photo d’archive)

Tous les membres de l’OTAN doivent approuver les offres des deux pays nordiques de rejoindre l’alliance, qui ont été propulsées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La Turquie a déclaré qu’elle n’autoriserait pas leur adhésion à moins que des mesures ne soient prises, mais les dirigeants de l’OTAN envisagent le sommet de l’OTAN en Espagne fin juin comme l’occasion d’une expansion historique.

Erdogan a réitéré ses appels à la Finlande et à la Suède pour qu’elles extradent les personnes qu’Ankara soupçonne d’activités terroristes et qu’elles soutiennent “les opérations antiterroristes des membres de l’OTAN”.

Il a également déclaré que les embargos sur les armes étaient “incompatibles avec l’esprit de partenariat militaire”.

SUÈDE, FINLANDE CANDIDATURE À L’OTAN : DES OFFICIELS VOYAGENT EN TURQUIE POUR SURMONTER LEURS OBJECTIONS

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, affiche des documents alors que la Suède et la Finlande ont demandé leur adhésion à Bruxelles, Belgique, le 18 mai.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, affiche des documents alors que la Suède et la Finlande ont demandé leur adhésion à Bruxelles, Belgique, le 18 mai.
(AP/Johanna Géron)

La Suède et la Finlande ont été parmi les pays à imposer des restrictions aux exportations de défense à la Turquie à la suite de son incursion de 2019 dans le nord-est de la Syrie qui visait à repousser les YPG. Ces derniers jours, Erdogan a promis une nouvelle opération transfrontalière contre le groupe.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Le président a décrit le rôle de la Turquie dans “sans doute la plus grande alliance militaire de l’histoire” depuis son adhésion en 1952 et a appelé les autres membres de l’OTAN à persuader la Suède et la Finlande de changer leurs positions.

“La position de la Suède et de la Finlande sur les préoccupations et les considérations de sécurité nationale d’autres pays, avec lesquels elles aimeraient être alliées, déterminera dans quelle mesure la Turquie aimerait être alliée avec ces États”, a-t-il ajouté.