Skip to content
Epic Games dépose une plainte antitrust contre Apple sur l’App Store

Epic Games a annoncé mercredi avoir déposé une plainte antitrust contre Apple auprès de la Commission européenne, qui est le bras exécutif de l’Union européenne.

Dans une plainte déposée auprès de la direction générale de la concurrence de la commission, le développeur de Fortnite a déclaré que la réduction de 30% prise par Apple sur les achats de l’App Store était anticoncurrentielle.

Epic a déclaré qu’Apple avait « non seulement nui, mais complètement éliminé la concurrence dans la distribution d’applications et les processus de paiement », ajoutant qu’il « utilise son contrôle de l’écosystème iOS pour en tirer profit tout en bloquant ses concurrents ».

La Commission européenne a déclaré à CNBC qu’elle avait reçu la plainte et qu’elle l’évaluerait sur la base de ses procédures standard.

Epic a lancé son propre système de paiement intégré à l’application l’été dernier pour éviter de payer la commission de 30% qu’Apple prend sur les revenus de l’application. En réponse, Apple a retiré Fortnite de son App Store et a révoqué la licence de développeur d’Epic.

« Epic a activé une fonctionnalité de son application qui n’a pas été examinée ou approuvée par Apple, et ils l’ont fait avec l’intention expresse de violer les directives de l’App Store qui s’appliquent de la même manière à tous les développeurs et protègent les clients », a déclaré Apple dans un communiqué partagé avec CNBC . « Leur comportement imprudent a fait des pions des clients, et nous sommes impatients de le dire clairement à la Commission européenne. »

Apple a également affirmé que son App Store avait aidé les développeurs à transformer leurs idées en applications, ajoutant qu’Epic était l’un des développeurs les plus prospères de l’App Store et qu’il était devenu une entreprise de plusieurs milliards de dollars qui atteint des millions de clients iOS.

Epic a également déposé des plaintes auprès des régulateurs de la concurrence aux États-Unis et en Australie, et a emmené Apple devant le tribunal britannique de la concurrence.

Les deux sociétés devraient se battre devant un tribunal américain en mai et le PDG d’Apple, Tim Cook, a reçu l’ordre d’assister à une déposition de sept heures.

« Ce qui est en jeu ici, c’est l’avenir même des plates-formes mobiles », a déclaré Tim Sweeney, fondateur et PDG d’Epic Games, dans un communiqué. «Les consommateurs ont le droit d’installer des applications à partir des sources de leur choix et les développeurs ont le droit de rivaliser sur un marché équitable. Nous ne resterons pas les bras croisés et ne laisserons pas Apple utiliser sa domination de plate-forme pour contrôler ce qui devrait être un terrain de jeu numérique équitable. « 

Sweeney a ajouté: « C’est mauvais pour les consommateurs, qui paient des prix exagérés en raison de l’absence totale de concurrence entre les magasins et du traitement des paiements via les applications. Et c’est mauvais pour les développeurs, dont les moyens de subsistance dépendent souvent de l’entière discrétion d’Apple quant à qui autoriser sur la plate-forme iOS, et à quelles conditions. « 

Epic n’est pas la seule entreprise à se plaindre de l’App Store d’Apple. Le géant du streaming musical Spotify a déposé une plainte alléguant qu’Apple comprime injustement ses revenus, tandis que la filiale Kobo de Rakuten et l’application de messagerie Telegram se sont également plaints de la réduction qu’Apple prend sur ses ventes de livres électroniques.

La Commission européenne a ouvert une enquête l’année dernière pour déterminer si Apple enfreint le droit de la concurrence en obligeant les développeurs d’applications à utiliser son système de paiement intégré.

Apple a remporté mardi une victoire aux États-Unis lorsque le Dakota du Nord a voté contre un projet de loi qui réglementerait les magasins d’applications.

Le Sénat de l’État du Dakota du Nord a voté 36-11 pour ne pas adopter un projet de loi qui aurait obligé les magasins d’applications à permettre aux développeurs de logiciels d’utiliser leur propre logiciel de traitement des paiements et d’éviter les frais facturés par Apple et Google.