Entretiens remarquables de Sandie Rinaldo avec Shatner, Trudeau, Bieber

Je n’oublierai jamais le jour où j’ai essayé d’interviewer William Shatner ; j’ai essayé d’être le mot clé.

C’était il y a 29 ans et le vice-président du divertissement a suggéré que le « Capitaine James T. Kirk » de Star Trek serait un bon candidat pour ma série de portraits sur CTV. À l’époque, Shatner avait une émission sur CTV intitulée TekWar. son jeu. Inutile de dire que j’étais excité à l’idée de le rencontrer malgré un accès restreint. Je n’avais que huit minutes pour plonger et amener l’homme à divulguer de sombres et profonds secrets.

Eh bien, personne ne m’a préparé à ce qui allait arriver ; Je me retrouverais face à face avec une force de friction.

Shatner a été retardé par le trafic. Huit minutes sont rapidement devenues sept, puis six, puis cinq. Il m’a dépassé une fois arrivé sur le plateau et s’est lancé dans une diatribe sur un investissement qu’il avait fait dans une nouvelle entreprise technologique canadienne. Il ne m’a pas laissé l’occasion de lui demander quoi que ce soit.

Alors que les minutes s’écoulaient, j’ai décidé de poser une question simple sur le fait de grandir à Montréal. Il m’a fait taire, n’a pas voulu parler de lui, a brusquement arraché son micro et est parti en trombe.

L’une des citations les plus célèbres du capitaine Kirk est : « Être humain, c’est être complexe. On ne peut pas éviter un peu de laideur de l’intérieur et de l’extérieur. Et bon sang, William Shatner m’a montré ce côté-là.

Des fleurs m’attendaient à mon retour au siège du réseau et un vice-président amusé qui avait rencontré Shatner après la débâcle. La célébrité plus grande que nature lui avait dit : « Je pense que j’ai bouleversé votre petite fille. »

Cela ne m’a pas amusé.

Vingt-neuf ans plus tard, j’ai décidé de retourner hardiment là où j’étais allé auparavant. Shatner a accepté une interview pour mon spécial Sandie Rinaldo 50/50 – 50 de mes interviews préférées au cours des 50 années que j’ai travaillées pour CTV News.

Dans sa vraie forme, Shatner était toujours irascible, difficile et pourtant cette fois aussi adorable et drôle. Les plaisanteries entre nous frôlaient pour la plupart l’absurde. Ai-je appris quelque chose de nouveau sur lui ? Pas vraiment. Est-ce que j’ai beaucoup ri ? Bien sûr que je l’ai fait. Est-ce qu’il m’a abandonné ? Il ne l’a certainement pas fait. Un entretien de huit minutes, le temps imparti cette fois encore, s’est transformé en une heure.

Disons simplement que je ne l’avais pas au bonjour mais je l’avais au revoir.

William Shatner n’était pas le seul défi parmi les centaines, voire les milliers de célébrités, d’auteurs, d’hommes politiques, d’athlètes, de musiciens, de comédiens et de personnes remarquables que j’ai interviewés au cours des cinq dernières décennies, devant les caméras en marche.

Le regretté Gordon Lightfoot avait évité l’attention des médias pendant une vingtaine d’années, semble-t-il, après qu’une interview imprimée dans un magazine national ait mal tourné.

Étonnamment, il a accepté de me parler, mais a ensuite changé d’avis. Plusieurs fois, nous avons installé des caméras dans sa maison de Rosedale, à Toronto, et plusieurs fois, il nous a dit de partir. Il lui a fallu un certain calme de persuasion, mais une fois qu’il s’est senti à l’aise, il s’est ouvert avec un charme et une franchise rafraîchissants. Il a partagé un peu le processus, comment il trouve les paroles des chansons. Et maintenant, plus à l’aise, il se montrait ludique dans ses réponses à mes questions.

Charmant, c’est aussi ainsi que je décrirais le regretté John Candy qui, il y a 30 ans, m’a surpris par son honnêteté et son humilité.

Candy m’a mis en colère lors du tournage de « Hotage for a Day » à Brantford, en Ontario. Il faisait ses débuts en tant que réalisateur et non seulement il était vraiment drôle, mais il était l’une des personnes les plus gentilles que j’aie jamais rencontrées.

L’ours d’un homme a parlé du traumatisme de perdre son père quand il était jeune, le parallèle n’a pas échappé à ses sosies, Jennifer Candy et Chris Candy, qui ont partagé des souvenirs de cet homme merveilleux lorsque nous nous sommes assis ce printemps. discuter à Los Angeles. John Candy est décédé peu de temps après notre entretien en 1993.

Il y a eu des choix difficiles, la productrice exécutive Rosa Hwang et moi avons dû faire des milliers d’interviews à 50. Au cours de l’émission spéciale d’une heure, nous remontons le temps avec Justin Bieber, Clint Eastwood, Christopher Plummer, Buffy Sainte-Marie, Chris Hadfield. , Alex Trebek, Céline Dion et Donald Trump, pour n’en nommer que quelques-uns.

Nous rencontrons également Justin Trudeau, 23 ans, en short coupé et gilet, qui est apparu de manière inattendue chez sa mère à Montréal lors du tournage d’une entrevue avec Margaret. Elle s’était remariée et commençait à parler publiquement de ses problèmes de santé mentale. Mon entretien de suivi avec le Premier ministre il y a quelques mois a été une révélation lorsqu’il a baissé sa garde politique et a parlé de ce jour d’il y a près de trois décennies et de ce qui lui passait par la tête à l’époque.

Il y a aussi mon entrevue avec Trevor Greene, qui a été blessé en Afghanistan alors qu’il servait dans l’armée canadienne. Un jeune villageois est arrivé par derrière et a lancé une hache dans le crâne de Trevor. On a dit à sa femme, Debbie, de le placer dans un foyer et de s’en aller. Vous serez étonné par la résilience et le rétablissement de Trevor. C’est une histoire d’amour qui touchera votre cœur.

Et vous verrez la chanteuse Mariah Carey allongée sur une chaise pendant notre interview ; le champion des poids lourds George Chuvalo retient ses larmes en parlant de la perte de trois fils et de sa femme, Lynn ; le rockeur John Mellencamp sur l’infidélité et l’une de mes premières interviews à la fin des années 70 avec le légendaire Bob Marley. Sandie, jeune et naïve, pose des questions qui font grincer des dents. Le Sandie d’aujourd’hui a envie de refaire mais malheureusement le géant du reggae n’est plus parmi nous.

Ceci n’est qu’un échantillon de ce qui vous attend à l’émission 50/50 de Sandie Rinaldo le mardi 19 septembre à 22 h (HAE) sur CTV. Je vous garantis que vous rirez, que vous pleurerez et que vous vous divertirez.