Enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence : Chrystia Freeland témoigne

OTTAWA –

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré que la menace économique pour le Canada s’était intensifiée “de façon exponentielle” lorsque des manifestants du “Convoi de la Liberté” ont bloqué une plaque tournante commerciale clé entre les États-Unis et le Canada au début de février.

Freeland, qui est également vice-premier ministre, témoigne aujourd’hui dans le cadre d’une enquête publique sur l’utilisation par le gouvernement libéral de la Loi sur les mesures d’urgence.

Freeland dit que le Canada faisait déjà face à plusieurs menaces économiques graves lorsque des milliers de manifestants sont descendus à Ottawa fin janvier pour protester contre les restrictions de COVID-19 et le gouvernement Trudeau.

Ceux-ci comprenaient des problèmes de chaîne d’approvisionnement, les plans américains visant à exclure le Canada des incitations aux véhicules électriques et le risque d’une guerre russe en Ukraine.

Mais elle dit que la menace a atteint de nouveaux niveaux lorsque les manifestants ont bloqué le trafic transfrontalier sur le pont Ambassador à Windsor, en Ontario, qui est la route commerciale la plus fréquentée entre le Canada et les États-Unis.

Freeland dit qu’elle a également eu des contacts directs avec des responsables du bureau du président américain Joe Biden, qui étaient également extrêmement préoccupés par le blocus.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 24 novembre 2022.