Émeutes en Afrique du Sud – Des justiciers « prêts à mourir » pour protéger les rues des pillards ont abattu un garçon de 14 ans alors qu’il gardait un centre commercial

Les VIGILANTES en Afrique du Sud ont déclaré qu’ils étaient « prêts à mourir » pour protéger les rues des pilleurs, car un garçon de 14 ans aurait été abattu par des chauffeurs de taxi gardant un centre commercial.

Les Sud-Africains ont pris les choses en main alors que les forces de sécurité luttent pour contenir une éruption de violence déclenchée par l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma.

Un homme tire en l’air pour disperser une foule de pillards présumés devant un centre commercial à VosloorusCrédit : AFP
Des membres de la famille entourent le corps de Vusi Dlamini, 14 ans, qui a été abattu devant le centre commercial de Vosloorus

Des membres de la famille entourent le corps de Vusi Dlamini, 14 ans, qui a été abattu devant le centre commercial de VosloorusCrédit : AP
Un membre de la communauté bat une personne soupçonnée de pillage à Vosloorus

Un membre de la communauté bat une personne soupçonnée de pillage à VosloorusCrédit : Getty Images – Getty

Au moins 72 personnes sont mortes et plus de 1 200 arrêtées alors que des milliers de personnes ont saccagé des magasins, volant de la nourriture, des appareils électriques, de l’alcool et des vêtements.

Des images choquantes ont montré des centaines de personnes courant vers un entrepôt mercredi et déchirant des conteneurs alors que la violence battait le pays pour un sixième jour.

Le ministre de la Défense Nosiviwe Mapisa-Nqakula a déclaré que 25 000 soldats seront déployés dans les prochains jours pour aider les forces de sécurité envahies.

Mais des habitants armés sont déjà descendus dans les rues pour garder les bâtiments alors que les pillards volent tout, de la nourriture et de l’alcool aux téléviseurs grand écran et aux meubles.

Au centre commercial Maponya dans le township de Soweto à Johannesburg, des justiciers montaient la garde, affirmant qu’ils voulaient protéger les entreprises appartenant à des Noirs de la destruction.

 » VOULANT MOURIR « 

Selon le Times, un garde armé d’un fusil a déclaré à une équipe de télévision locale : « Certains d’entre nous sont prêts à mourir, et ce n’est pas pour la caméra. »

À Durban, des Sud-Africains armés ont érigé des barrages routiers aux entrées de leurs quartiers, alors que les habitants de Tembisa forment un bouclier humain autour du centre commercial Birch Acres pour arrêter les pilleurs.

Mais les craintes grandissent que le vigilantisme pourrait alimenter la crise après qu’un garçon de 14 ans aurait été abattu par des chauffeurs de taxi armés à l’extérieur du centre commercial Chris Hani à Vosloorus.

Il a été tué vers midi mercredi lorsqu’un groupe d’opérateurs de taxi armés est arrivé pour chasser des pillards présumés, rapporte News24.

Les chauffeurs de taxi, qui ont affirmé que leur bureau au centre commercial avait été saccagé et incendié, ont ouvert le feu après que les pillards auraient refusé de partir.

Mais le frère de l’adolescent, Abednigo Sithole, a déclaré que Dlamini ne faisait pas partie du groupe de pillards lorsqu’il a été tué.

« Les chauffeurs de taxi sont au-dessus des lois. Ils l’ont tué devant la police », a déclaré Sithole à News24.

Une foule de résidents a été photographiée en train de se rassembler autour du corps de Dlamini à l’extérieur du centre commercial, qui était recouvert d’une couverture.

DES PÉNURIES ALIMENTAIRES

Cela survient alors que le pillage généralisé frappe les chaînes d’approvisionnement et les liaisons de transport dans la province du sud-est du KwaZulu-Natal, suscitant des craintes de pénuries de nourriture et de carburant.

De longues files d’attente se sont formées devant les magasins d’alimentation, les stations-service et les pharmacies encore ouvertes, tandis que certains habitants de Johannesburg achètent des produits de panique après que les étagères ont été mises à nu dans certains supermarchés.

Le président Cyril Ramaphosa a averti que certaines régions du pays « pourraient bientôt manquer de provisions de base à la suite de la perturbation importante des chaînes d’approvisionnement en nourriture, en carburant et en médicaments ».

Le leader communautaire Nhlanhla Lux, 33 ans, a déclaré au Financial Times : « Nous sommes sur le point de nous manger les uns les autres. »

L’opérateur logistique d’État Transnet a déclaré hier un « force majeure » – une urgence indépendante de sa volonté – sur une ligne ferroviaire clé qui relie Johannesburg à la côte en raison des troubles.

Plus tôt cette semaine, la plus grande raffinerie du pays, SAPREF, a fermé son usine de Durban, qui est responsable d’un tiers de l’approvisionnement en carburant de l’Afrique du Sud.

‘PAGAILLE’

« Il est inévitable que nous ayons des pénuries de carburant dans les prochains jours ou semaines », a déclaré Layton Beard de l’Automobile Association.

Christo van der Rheede, directeur exécutif de la plus grande organisation d’agriculteurs, AgriSA, a déclaré que les producteurs avaient du mal à mettre leurs récoltes sur le marché en raison de la « pagaille » logistique.

Il a averti que si la loi et l’ordre n’étaient pas rétablis bientôt, « nous allons avoir une crise humanitaire massive ».

Des champs de canne à sucre ont été incendiés dans le KwaZulu-Natal, la principale région productrice de canne à sucre, tandis que du bétail a été volé ailleurs.

Le gouvernement subit une pression croissante pour augmenter les bottes sur le terrain afin de mettre rapidement un terme à la violence qui frappe une économie déjà en difficulté.

Les réserves de l’armée du pays ont maintenant été appelées pour tenter de freiner la violence.

Les soldats devraient « se présenter prêts avec leur équipement nécessaire » jeudi, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

La violence a également perturbé le déploiement du vaccin Covid et les livraisons de médicaments aux hôpitaux.

Le pays, qui a enregistré plus de 2,2 millions d’infections, est au milieu d’une troisième vague virale brutale.

Un entrepôt a été incendié à Durban

Un entrepôt a été incendié à DurbanCrédit : Reuters
Les gens pillent une zone près de l'entrepôt en feu à Durban

Les gens pillent une zone près de l’entrepôt en feu à DurbanCrédit : Reuters
Émeutes en Afrique du Sud – des troupes envoyées alors que les habitants commencent à nettoyer après les violences et les pillages

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments