Émeutes de Rotterdam : Blessures et arrestations lors d’une « orgie de violence » lors d’une manifestation contre le COVID-19 qui a vu la police ouvrir le feu | Nouvelles du monde

Le maire de Rotterdam a condamné « une orgie de violence » lors des manifestations contre les restrictions COVID-19 dans la ville portuaire néerlandaise, au cours desquelles sept personnes ont été blessées et plus de 20 arrêtées.

Les ennuis ont éclaté alors que les Pays-Bas déplacé pour freiner un quatrième vague du coronavirus.

Des centaines d’émeutiers ont incendié des voitures, déclenché des feux d’artifice et jeté des pierres sur la police, obligeant les policiers – craignant pour leur vie – à riposter par des coups de feu et des canons à eau.

Image:
Des centaines d’émeutiers ont incendié des voitures, déclenché des feux d’artifice et jeté des pierres sur la police. Photo : AP
Dans cette image tirée d'une vidéo, la police arrive alors que les manifestants protestent contre les restrictions gouvernementales en raison de la pandémie de coronavirus, F
Image:
Des renforts de police doivent être déployés pour lutter contre la violence

Une directive d’urgence a été émise dans la ville, fermant les transports publics et ordonnant aux gens de rentrer chez eux.

Aux premières heures de samedi, des unités de police avaient été enrôlées de tout le pays et avaient rétabli l’ordre.

Le maire Ahmed Aboutaleb a déclaré : « La police a été forcée de dégainer ses armes et même de tirer des coups de feu directs.

C’était « une orgie de violence, je ne vois pas d’autre façon de la décrire », a-t-il ajouté.

« Nous avons tiré des coups de semonce et il y a également eu des coups de feu directs parce que la situation mettait la vie en danger », a déclaré la porte-parole de la police, Patricia Wessels.

« Malheureusement, environ sept personnes ont été blessées, y compris du côté des forces de l’ordre. »

Dans cette image tirée d'une vidéo, des manifestants protestent contre les restrictions gouvernementales en raison de la pandémie de coronavirus, le vendredi 19 novembre 2021, à Rotterdam, aux Pays-Bas.  La police a tiré des coups de semonce, blessant un nombre indéterminé de personnes, alors que des émeutes ont éclaté vendredi soir dans le centre-ville de Rotterdam lors d'une manifestation contre les plans du gouvernement visant à restreindre l'accès des personnes non vaccinées à certains sites.  (Media TV Rotterdam via AP)
Image:
La ville a été «transformée en zone de guerre»
La police a tiré des coups de semonce et plusieurs personnes ont été blessées.  Photo : AP
Image:
La manifestation a eu lieu en réponse aux nouvelles restrictions sur les coronavirus. Photo : AP

Les autorités ont déclaré avoir arrêté plus de 20 personnes, et plus attendues.

Le parti politique local Leefbaar Rotterdam a condamné les violences dans un tweet.

Il disait : « Le centre de notre belle ville s’est transformé ce soir en zone de guerre.

« Rotterdam est une ville où vous pouvez être en désaccord avec les choses qui arrivent, mais la violence n’est jamais, jamais, la solution. »

Dans cette image tirée d'une vidéo, des manifestants protestent contre les restrictions gouvernementales en raison de la pandémie de coronavirus
Image:
Une directive d’urgence a été émise en réponse aux problèmes

Les manifestants s’étaient rassemblés pour exprimer leur opposition aux plans du gouvernement visant à restreindre l’accès aux sites intérieurs aux personnes munies d’un « corona pass », montrant qu’elles ont été vaccinées contre COVID-19[feminine ou avez déjà récupéré d’une infection.

Le pass est également accessible aux personnes non vaccinées, mais justifiant d’un test négatif.

Afin de ralentir une résurgence du coronavirus, le gouvernement néerlandais a annoncé la semaine dernière une confinement partiel de trois semaines, dans laquelle les restaurants et les magasins doivent fermer tôt.

Aucun spectateur n’est autorisé aux événements sportifs, et les gens ne sont autorisés que quatre visiteurs chez eux.

Suivez le podcast Daily sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, Spreaker.

Cependant, les infections quotidiennes sont restées à leurs niveaux les plus élevés depuis le début de la pandémie.

Les autorités ont signalé jeudi un record de plus de 23 000 nouveaux cas, bien au-dessus du précédent record quotidien de 13 000 atteint en décembre 2020.

Le week-end dernier, 15 personnes ont été arrêtées après des manifestations similaires ont éclaté dans la ville néerlandaise de Leeuwarden.

Il y avait aussi émeutes en janvier après que le gouvernement a annoncé un couvre-feu pour freiner la flambée des taux d’infection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *