Elizabeth Holmes admet avoir donné de fausses informations au journaliste pour l’histoire de Theranos

SAN JOSE, CALIF. – La fondatrice de Theranos, Elizabeth Holmes, a admis mardi avoir donné à un journaliste des informations inexactes pour un long profil qu’elle utilisait pour séduire les investisseurs.

Une fois le contre-interrogatoire terminé, Holmes a pris sa propre défense pour une sixième journée et a été interrogée par le procureur fédéral Robert Leach à propos de l’histoire de couverture de Fortune 2014, « Ce PDG est pour le sang », écrit par Roger Parloff.

Leach a montré aux jurés une partie du reportage de Parloff sur Holmes dans lequel elle apparaît dans son col roulé noir de marque : besoin d’une seringue. »

« Vous êtes d’accord avec moi pour dire que c’était une déclaration incorrecte ? » Leach a demandé.

« Je le crois maintenant », a déclaré Holmes.

Les procureurs allèguent que Holmes a utilisé l’article de Fortune pour attirer les investisseurs, y compris dans des présentations et des classeurs.

« Vous n’avez pas le souvenir d’avoir transmis l’article de Parloff à des investisseurs ou à des investisseurs potentiels ? » Leach a demandé.

« Je ne le fais pas », a déclaré Holmes.

« Rafraîchissez-vous la mémoire », a déclaré Leach, montrant au jury un e-mail que Holmes a envoyé aux actionnaires de Theranos le 12 juin 2014, qui était lié à l’histoire de Fortune.

« Je pense que j’aurais pu gérer ces communications différemment », a déclaré Holmes au jury.

Holmes, autrefois chéri de la Silicon Valley qui a collecté plus de 945 millions de dollars auprès de sommités telles que Rupert Murdoch et Don Lucas, fait face à 11 accusations de fraude et jusqu’à 20 ans de prison s’il est reconnu coupable. Les procureurs affirment que Holmes s’est engagée dans un programme d’une décennie pour tromper les investisseurs et les patients au sujet de la technologie de test sanguin de son entreprise. Elle a plaidé non coupable.

Pendant deux jours, les procureurs ont interrogé Holmes en contre-interrogatoire sur les divergences dans ses déclarations aux investisseurs, partenaires commerciaux et employés.

Le témoignage de mardi couvrait également l’utilisation présumée par l’armée américaine des appareils Theranos.

Plusieurs témoins, dont l’ancien PDG de Safeway, Steve Burd, ainsi que Lisa Peterson, qui représentait la famille DeVos en tant qu’investisseurs Theranos, ont déclaré que Holmes leur avait dit que la technologie avait été déployée par l’armée américaine au Moyen-Orient.

Mais à la barre, Holmes a reconnu que l’appareil Theranos n’avait jamais été déployé sur le champ de bataille.

Holmes a également reconnu que son commandant en second et petit ami de l’époque, Ramesh « Sunny » Balwani, ne lui avait jamais dit ni aux investisseurs que les appareils Theranos étaient utilisés dans les hélicoptères Medevac ou sur le champ de bataille.

Leach a également interrogé Holmes sur une projection de revenus de près d’un milliard de dollars en 2015 alors que l’estimation interne était beaucoup plus basse. Holmes a déclaré que le nombre provenait d’un modèle financier, mais elle ne pensait pas qu’elle était celle qui a présenté l’estimation aux investisseurs.

Le document montrait également un chiffre d’affaires prévu de 40 millions de dollars provenant des sociétés pharmaceutiques, mais Holmes a déclaré que la société n’avait à l’époque aucun contrat avec des sociétés pharmaceutiques.

« Vous ne pouvez pas identifier un seul contrat pharmaceutique », a déclaré Leach. « Vous n’aviez aucun revenu des sociétés pharmaceutiques en 2014 ? »

« Nous ne l’avons pas fait », a déclaré Holmes au jury.

Dans son témoignage, Holmes a déclaré que Balwani était responsable de certaines parties de l’entreprise, y compris les projections financières.

« Vous saviez qu’en fin de compte, vous étiez responsable de la situation financière de Theranos ? » Leach a demandé.

« Je l’ai fait », a déclaré Holmes.

Son témoignage se poursuit mercredi. Après trois mois de procès à grand déploiement, la défense devrait conclure sa cause cette semaine.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.