Drapeau hissé au Canada en l’honneur des survivants des pensionnats indiens

Commentaire

OTTAWA (Ontario) — Le gouvernement canadien a hissé lundi le drapeau des survivants sur la Colline du Parlement afin d’honorer les peuples autochtones forcés de fréquenter les tristement célèbres pensionnats du pays.

Le premier ministre Justin Trudeau a été rejoint par des survivants des pensionnats indiens de partout au pays.

Plus de 150 000 enfants autochtones au Canada ont été forcés de fréquenter des écoles chrétiennes financées par l’État du XIXe siècle jusqu’aux années 1970 dans le but de les isoler de l’influence de leur foyer et de leur culture. L’objectif était de les christianiser et de les assimiler à la société dominante, que les gouvernements canadiens précédents considéraient supérieure.

Plusieurs survivants des pensionnats ont parlé de l’importance du drapeau, dont Jimmy Durocher, un survivant métis qui a fréquenté le pensionnat St. Bruno à l’Île-à-la-Crosse, en Saskatchewan.

“Aujourd’hui, nous hissons haut le drapeau des survivants sur ces bâtiments coloniaux, où les législateurs écoutent maintenant nos vérités et cherchent à travailler ensemble vers la réconciliation”, a déclaré Durocher.

Le drapeau restera hissé sur la Colline du Parlement jusqu’en 2024, date à laquelle une décision sera prise quant à sa résidence permanente.

Trudeau a qualifié les pensionnats de partie «honteuse» de l’histoire canadienne et a déclaré que le drapeau des survivants permettrait aux Canadiens de se souvenir de ce qui s’est passé dans les institutions financées par le gouvernement et gérées par l’église pendant plus d’un siècle.

« Ce drapeau est une expression du souvenir », a déclaré Trudeau. « Il est destiné à honorer tous les survivants et toutes les vies à travers les générations qui ont été, sont et continueront d’être touchées par le système des pensionnats.

Le pape François s’est excusé au Canada le mois dernier pour le rôle de l’Église catholique dans les écoles.