"Dr. Evil": l'artiste de modification de Wolverhampton admet GBH

0 51

Brendan McCarthy

droit à l'image
Pennsylvanie

description de l'image

Brendan McCarthy a dirigé le Dr Evil's Body Modification Emporium

Un artiste en modifications corporelles a confessé trois blessures graves en coupant la langue, en enlevant les oreilles et les mamelons.

Brendan McCarthy, alias dr. Mal, conduit des procédures consensuelles sans anesthésie.

Dans sa défense, le défenseur âgé de 50 ans a soutenu que le consentement avait été donné, mais le juge a conclu que les procédures n'étaient pas comparables à des tatouages ​​et des piercings.

Il sera reconnu coupable le 21 mars devant la Crown Court de Wolverhampton.

Bushbury McCarthy, Wolverhampton, exploitait un centre de modification à Princess Alley avant d'être accusé en 2017 de six blessures.

Avertissement: cet article contient des images graphiques.

description de l'image

McCarthy n’était pas formé médicalement pour ce que le CPS appelait des "opérations lourdes".

Il a été arrêté en décembre 2015 suite à une plainte déposée auprès de l'équipe de santé environnementale du Conseil de Wolverhampton.

Dans une pétition à l'appui de McCarthy, plus de 13 400 signatures ont été recueillies et son avocat a déposé les accusations sur la base de l'approbation de ses clients.

Ses partisans ont plaidé "pour le droit de s'exprimer dans un environnement sécurisé de la manière qu'ils souhaitent".

Le Conseil a déclaré que son problème était dû à l'absence de licence de McCarthy pour mener à bien les procédures de modification et à la nécessité d'une réglementation plus stricte dans l'industrie, produisant des résultats "similaires aux opérations cosmétiques".

  • Dernières nouvelles et mises à jour des West Midlands

Samantha Pegg, étudiante en droit à la Nottingham Trent University et avocate spécialisée dans les pratiques de modification corporelle, a déclaré: "Les pratiquants ont supposé que les modifications corporelles extrêmes sous forme de bijoux corporels étaient légitimes lorsque le consentement était donné.

"Bien que la loi reconnaisse depuis longtemps que le tatouage et le perçage sont des activités légitimes, il n'y a eu aucune autre forme de modification corporelle telle que le dédoublement de la langue jusqu'à la présente affaire."

droit à l'image
Google

description de l'image

McCarthy ne fonctionne plus Evil's Body Modification Emporium dans Princess Alley

Le juge Amjad Nawaz a estimé que le consentement écrit de ses clients n’était pas une défense suffisante.

Le tatoueur a plaidé pendant deux ans dans son cas et a plaidé devant la Cour d'appel que la procédure devait être considérée comme légale afin de protéger "l'autonomie personnelle" de ses clients.

M. Nawaz a établi une distinction entre modification du corps, tatouage et perçage, affirmant qu’il n’ya "pas d’analogie appropriée".

"Ce que le défendeur s'était engagé à récompenser dans cette affaire, c'était une série de procédures médicales sans raison médicale", a-t-il déclaré.

& # 39; zone grise & # 39;

droit à l'image
Mairie de Wolverhampton

description de l'image

McCarthy a enlevé l'oreille d'un client en 2015 dans son studio de Wolverhampton

Dr. Pegg a déclaré que l'affaire avait "partiellement résolu la zone grise de la loi".

Bien que le Crown Prosecution Service (CPS) ait accepté, il a précisé qu'il s'agissait de "procédures chirurgicales importantes", mais que McCarthy n'avait aucune qualification médicale et n'était pas enregistré auprès du General Medical Council (GMC).

"Les interventions chirurgicales doivent être effectuées par des chirurgiens ou des professionnels de la santé bien formés, qualifiés et réglementés", a déclaré le procureur en chef, Rhiannon Jones.

La directive GMC stipule que les médecins doivent être formés et expérimentés avant de pouvoir utiliser des procédures esthétiques.

De plus, les médecins doivent prendre en compte les besoins psychologiques de leurs patients et suivre les protocoles pour des interventions sécuritaires.

McCarthy a déclaré avant l'audience de la BBC mardi que la situation était "dévastatrice".

"Cela m'a totalement écrasé, je suis l'ombre de moi-même", a-t-il déclaré.

Nick Pinch s'est rendu chez McCarthy pour lui faire enlever ses mamelons après que des piercings aient formé un tissu cicatriciel.

description de l'image

Nick Pinch est allé chez McCarthy pour se faire enlever ses mamelons

Les actions de M. Pinch faisaient partie de l'affaire du procureur.

M. Pinch a déclaré:[McCarthy] voulait savoir pourquoi je voulais cette procédure, il voulait s'assurer de savoir ce que je faisais, et il en avait pris soin. Je suis vraiment content de ce que j'ai fait. "

La police des West Midlands a déclaré que McCarthy avait effectué les procédures sans connaître les antécédents médicaux de son patient ni ses antécédents psychiatriques. Il n’avait pas non plus d’équipement de sauvetage lorsque les opérations ont mal tourné.

Vous pouvez également être intéressé par:

Body Art, dont le nom complet est King of Ink Land King Art corporel Extrême, Ink-Ite, né sous le nom de Matthew Whelan, a consacré sa vie à la modification du corps.

Il a déclaré: "En vertu de la loi en vigueur, nous sommes classés comme victimes d’abus.

description de l'image

Selon Body Art, l'industrie doit être réglementée

"Ce sont des procédures privées et des accords entre moi en tant que principal et l'homme d'affaires.

"Mais je pense qu'il doit y avoir une réglementation, il y a des gens dans l'industrie qui ne sont pas protégés."

McCarthy s'est vu refuser l'autorisation d'interjeter appel devant la Cour suprême et a été libéré sous caution avant la condamnation.

Suivez la BBC West Midlands jusqu'à Facebook, up gazouillementet Inscrivez-vous pour les nouvelles locales directement sur votre téléphone,