Discussions sur le cessez-le-feu à Gaza et la libération d’otages supplémentaires alors que le chef du Hamas est en Egypte

Le plus haut dirigeant du Hamas était en Egypte mercredi pour des négociations sur l’arrêt de la guerre à Gaza et la libération d’au moins une partie des 129 prisonniers israéliens détenus par des militants palestiniens.

PUBLICITÉ

Le Hamas a déclaré que Haniyeh, qui serait basé au Qatar, discuterait de la guerre avec des responsables égyptiens, sans fournir plus de détails.

Au Conseil de sécurité de l’ONU, les diplomates négocient pour le troisième jour une résolution visant à suspendre les combats et à autoriser l’acheminement de l’aide humanitaire désespérément nécessaire.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies tente d’éviter un nouveau veto des États-Unis, le Conseil de sécurité de l’ONU a reporté le vote pour la deuxième journée consécutive sur une résolution parrainée par les Arabes qui fournirait une aide humanitaire à Gaza pendant une certaine forme d’arrêt des combats. .

Les membres du Conseil de sécurité sont restés dans d’intenses négociations mardi, alors que les États-Unis ont demandé plus de temps. Des pourparlers étaient en cours dans le but d’amener l’administration Biden à s’abstenir ou à voter en faveur de la résolution.

Initialement prévu lundi, le vote a été repoussé à mercredi.

Le projet de résolution présenté lundi matin appelait à « une cessation urgente et durable des hostilités », mais ce langage a été édulcoré dans un nouveau projet distribué mardi matin.

Il « appelle désormais à la suspension urgente des hostilités pour permettre un accès humanitaire sûr et sans entrave, et à des mesures urgentes vers une cessation durable des hostilités ». Les États-Unis se sont par le passé opposés à une clause de cessation des hostilités.

Le projet appelle également l’ONU à établir un mécanisme de contrôle des livraisons d’aide. Cela pourrait être problématique car cela contourne l’inspection israélienne actuelle de l’aide entrant à Gaza.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, John Kirby, a déclaré mardi après-midi, alors que le vote était encore fixé à 17 heures (heure de l’Est) : « Nous travaillons toujours sur les modalités de la résolution ».

Il a déclaré : « Il est important pour nous que le reste du monde comprenne ce qui est en jeu ici et ce que le Hamas a fait le 7 octobre et comment Israël a le droit de se défendre contre ces menaces. »

Près de 20 000 Palestiniens ont été tués depuis qu’Israël a déclaré la guerre au Hamas, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de différence entre les morts de civils et de combattants. Des milliers d’autres sont ensevelis sous les décombres de Gaza, estime l’ONU. Israël affirme que plus de 130 de ses soldats sont morts lors de son offensive terrestre après que le Hamas a attaqué le sud d’Israël le 7 octobre, tuant environ 1 200 personnes – pour la plupart des civils – et prenant environ 240 otages.