Direction générale de l’application de la loi interroge le directeur de Tollywood Puri Jagannadh pendant 10 heures |  Nouvelles des gens

New Delhi: La Direction de l’application (ED) a interrogé mardi le principal réalisateur telugu Puri Jagannadh pendant près de 10 heures dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent liée à une affaire de drogue vieille de quatre ans.

Jagannadh, qui, avec son expert-comptable, a comparu devant les responsables de l’ED après avoir été convoqué dans le cadre de l’enquête, a quitté le bureau de l’ED mardi soir.

Les responsables de l’ED auraient enregistré la déclaration du directeur et l’auraient interrogé sur certaines transactions financières.

Le producteur Bandla Ganesh est également arrivé au bureau de l’urgence dans la soirée, déclenchant des spéculations selon lesquelles lui aussi avait été convoqué. Il a cependant précisé qu’il n’était venu au bureau de l’urgence que pour rencontrer son ami Jagannadh, mais qu’il n’avait pas été autorisé. Il a demandé aux médias de ne pas le lier à l’affaire.

L’ED a émis la semaine dernière des avis à 10 personnes liées à Tollywood et à deux autres, dont un directeur de club privé, dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent liée au trafic de drogue.

Les acteurs Rakul Preet Singh, Rana Daggubati, Ravi Teja, Charmee Kaur, Navdeep, Mumaith Khan et Jagnnadh ont été invités à comparaître devant ED entre le 31 août et le 22 septembre.

Tanish, Nandu et Srinivas, le chauffeur de l’acteur Ravi Teja, font également partie des personnes convoquées.

L’interrogatoire est susceptible de mettre en lumière de nouveaux faits sur le racket de la drogue qui a été démantelé avec l’arrestation de trafiquants de drogue en 2017.

Avant de commencer l’interrogatoire des personnalités de Tollywood, l’ED a rassemblé les détails des enquêtes menées par l’équipe spéciale d’enquête (SIT) du département de l’interdiction et de l’accise de Telangana.

L’interrogatoire par l’ED a ramené l’attention sur l’affaire, qui était dans un entrepôt frigorifique et a même été considérée comme morte par beaucoup en raison de la note nette donnée par SIT aux personnalités du film.

Le trafic de drogue a été démantelé le 2 juillet 2017 lorsque les douaniers ont arrêté Calvin Mascarenhas, un musicien, et deux autres personnes et ont saisi des drogues d’une valeur de Rs 30 lakh en leur possession.

Ils auraient déclaré aux enquêteurs qu’ils fournissaient des médicaments à des célébrités du cinéma, à des ingénieurs en logiciel et même à des étudiants de certaines écoles d’entreprise. Les numéros de téléphone portable de certaines célébrités de Tollywood auraient été trouvés dans leurs listes de contacts.

Le service des accises avait constitué le SIT pour une enquête globale. Au total, 12 cas ont été enregistrés, 30 personnes ont été arrêtées, tandis que 62 personnes dont 11 personnes liées à Tollywood ont été examinées par elle en vertu de l’article 67 de la loi sur les stupéfiants et substances psychotropes (NDPS) et de l’article 161 du Code de procédure pénale.

Le SIT avait collecté du sang, des cheveux, des ongles et d’autres échantillons de certains de ceux qui se sont présentés devant lui pour être interrogés et les a envoyés pour analyse.

Ravi Teja, Charmme Kaur, Mumaith Khan, Jagannadh et les jeunes acteurs Tarun Kumar et Navadeep faisaient partie des stars interrogées par le SIT.

Le directeur de la photographie Shyam K. Naidu, les acteurs Subbaraju, Tanish, Nandu et le chauffeur de Teja figuraient également parmi les personnes interrogées.

Le SIT a déposé un acte d’accusation dans huit cas sur douze. Il a cependant donné raison aux personnalités du cinéma qui ont été interrogées dans le cadre de l’enquête.

Les accusés contre lesquels des poursuites ont été engagées sont Rafeal Alex Victor, un citoyen sud-africain, Puttakar Ranson Joseph, travaillant dans l’industrie cinématographique en tant que manager. Joseph était le manager de l’acteur principal Kajal Agarwal qui l’a limogé après son arrestation. Une ONG a cependant allégué qu’aucune tentative n’avait été faite pour retrouver les clients de l’accusé.

Les autorités avaient récupéré 3 000 unités d’acide lysergique diéthylamide (LSD), 105 grammes de MDMA (communément appelée ecstasy), 45 grammes de cocaïne et d’autres substances narcotiques et psychotropes sur l’accusé.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments