Didi Chuxing, un mastodonte chinois, révèle les papiers de l’introduction en bourse.

Didi Chuxing, la société chinoise de covoiturage, a fait son dépôt de l’offre publique initiale public jeudi, alors que les services de covoiturage commencent à reprendre avec le recul de la pandémie.

Fondée à Pékin en 2012, Didi a commencé comme un service de taxis avant de s’étendre à d’autres formes de transport. En 2015, il a fusionné avec un autre rival chinois, Kuaidi Dache, pour former ce qui est devenu Didi Chuxing.

Didi a depuis été dominant en Chine. En 2016, Uber, qui dépensait beaucoup pour se développer en Chine, a vendu ses activités chinoises à Didi. (Uber a obtenu une participation dans la société résultante.) Didi opère désormais dans 15 pays, dont le Brésil et le Mexique.

L’introduction en bourse de la société sera probablement examinée de près au milieu d’une vague d’autres offres technologiques et alors que Pékin a commencé à freiner les géants technologiques nationaux. Didi était évalué à 56 milliards de dollars en 2017 et ses investisseurs comprennent SoftBank of Japan et Mubadala, un fonds d’État d’Abou Dhabi.

Le dossier de Didi, déposé sous son nom officiel, Xiaoju Kuaizhi, a montré que les revenus avaient baissé de 8% à 21,63 milliards de dollars l’année dernière, alors que le nombre de passagers diminuait pendant la pandémie. La société a perdu 1,6 milliard de dollars l’année dernière, bien qu’elle ait déclaré un bénéfice de 30 millions de dollars au premier trimestre de cette année. Comme la plupart des entreprises de covoiturage, Didi n’a toujours pas été rentable.

Didi a déclaré qu’une introduction en bourse financerait une expansion.

« Nous aspirons à devenir une entreprise technologique véritablement mondiale », ont écrit les fondateurs de Didi, Cheng Wei et Jean Liu, dans une lettre jointe au dossier. « Ce que nous avons appris et construit est pertinent dans le monde entier – en Amérique latine, en Russie, en Afrique du Sud ou partout où une mobilité abordable, sûre et pratique est précieuse. »

D’autres services de covoiturage ont signalé une reprise des affaires. Le mois dernier, Uber a déclaré que les revenus des trois premiers mois de l’année – hors frais de règlement – ​​étaient en hausse de 8 % par rapport à il y a un an, pour atteindre 3,5 milliards de dollars. L’entreprise a perdu 108 millions de dollars.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments