Skip to content

Beaucoup de discussions sur l’automatisation du lieu de travail décrivent l’affrontement apocalyptique entre les humains et leurs remplaçants de robots.

Mais selon un nouveau rapport, la relation ultime pourrait être beaucoup plus harmonieuse, ce qui suggère que de nombreux employés adoptent l'intelligence artificielle (IA) sur leur lieu de travail.

En fait, pas moins de 64% des travailleurs ont déclaré qu’ils feraient confiance à un robot plutôt qu’à leur gestionnaire, d’après l’étude conjointe de la société de technologie américaine Oracle et du cabinet de recherche Future Workplace. Entre-temps, plus de la moitié déclare avoir déjà fait appel à un robot pour obtenir des conseils au lieu de leur responsable.

Le phénomène est particulièrement prononcé en Asie, où les employés ont exprimé une méfiance disproportionnée à l’égard de leurs collègues humains par rapport à la technologie. Par exemple, 89% des travailleurs en Inde et 88% de ceux en Chine ont admis avoir confiance dans les robots au détriment de leurs gestionnaires.

Des travailleurs à Singapour (83%), au Brésil (78%), au Japon (76%), en Australie et en Nouvelle-Zélande (58%), aux États-Unis (57%), au Royaume-Uni (54%) se sont joints aux travailleurs gargantuesques. et la France (56%) à faire confiance aux robots plutôt qu'à leurs gestionnaires.

Un "panneau d'avertissement" pour les gestionnaires

Les résultats, basés sur les réponses de plus de 8 300 travailleurs de 10 pays, reflètent l'utilisation croissante de l'intelligence artificielle sur le lieu de travail.

Selon l'étude, 50% des travailleurs utilisent actuellement une forme quelconque d'IA au travail, contre 32% l'an dernier. L'Inde et la Chine sont en tête de ce classement, en partie grâce à leur population jeune et au taux d'adoption rapide des technologies.

Cependant, ils soulignent également la nécessité pour les gestionnaires d’établir de meilleures relations avec leur personnel, a déclaré Shaakun Khanna, responsable des applications de gestion du capital humain chez Oracle pour la région Asie-Pacifique.

"Je pense que c'est un grand signe d'avertissement pour les managers", a déclaré Khanna, soulignant que les leaders et les futurs leaders doivent travailler pour exceller dans les domaines où la technologie est en panne.

"Je dis toujours aux gens s'ils veulent survivre au risque lié à l'IA, ils doivent accepter l'assurance-emploi (intelligence émotionnelle)", a-t-il poursuivi.

5 astuces pour bien gérer

Selon l'enquête, les répondants ont évalué les capacités des robots basées sur les données, telles que fournir des informations non biaisées (26%), résoudre des problèmes (29%) et maintenir des horaires de travail (34%).

Cependant, ils ont reconnu la supériorité des gestionnaires humains en ce qui concerne les facteurs émotionnels, tels que la compréhension des sentiments (45%), l'accompagnement (33%) et la création d'une culture de travail (29%).

En tant que tel, Khanna a déclaré que les gestionnaires efficaces devraient travailler pour combiner les deux aspects, en s'efforçant d'obtenir l'objectivité et le soutien émotionnel. Cela peut être réalisé en cinq étapes, a-t-il noté.

  1. Utilisez des données objectives pour éclairer votre prise de décision, vos conseils et vos orientations.
  2. Personnalisez l'expérience pour refléter chacun de vos rapports individuellement.
  3. Développez votre intelligence émotionnelle pour réagir de manière appropriée aux problèmes sensibles.
  4. Soyez attentif et réfléchissez de manière holistique à l'impact de vos décisions.
  5. Construisez une méritocratie pour que les employés sachent à quoi travailler.

"Ce sont les choses que les gestionnaires doivent examiner s'ils veulent surperformer le gestionnaire d'intelligence artificielle avec laquelle ils sont en concurrence", a déclaré Khanna.

Ne manquez pas: Indra Nooyi conseille d'éliminer les préjugés au travail

Vous aimez cette histoire? Abonnez-vous à CNBC Make It sur YouTube!

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *