Dernières Nouvelles | News 24

Deux soldats tués à Gaza alors que Tsahal quitte Jabaliya et se dirige vers le centre de Rafah

Les soldats israéliens se sont retirés vendredi du camp de réfugiés de Jabaliya, clôturant une opération visant à éliminer les combattants dirigés par le Hamas qui s’étaient retranchés dans le nord de Gaza, alors que les troupes poussaient une offensive ciblée plus profondément dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, a annoncé l’armée vendredi. .

Deux soldats israéliens ont été tués au cours des combats intenses, a annoncé l’armée israélienne, alors que le bilan des morts au cours de la campagne terrestre de sept mois approche les 300.

L’armée a annoncé que le Sgt. Première classe (res.) Adar Gavriel, 24 ans, du 6828e bataillon de la brigade Bislamach, a été tué à Jabaliya, où les troupes combattent depuis trois semaines contre les cellules du Hamas regroupées dans le camp de réfugiés historique de la ville, une zone que l’armée n’avait pas atteint auparavant.

Selon une première enquête de Tsahal, le natif de Césarée a été touché par une grenade lancée par un terroriste depuis un bâtiment alors que les troupes surveillaient la zone. Les soldats ont tué l’agent peu de temps après.

Le sergent. Yehonatan Elias, 20 ans, de l’unité de reconnaissance de la Brigade Givati, a été tué lors des combats à Rafah, où Israël affirme être engagé dans une offensive « précise » et « fondée sur le renseignement » contre le dernier bastion majeur du groupe terroriste du Hamas.

Le Jérusalémien a été tué au cours d’une bataille qui a également fait un officier de Givati ​​grièvement blessé, a indiqué l’armée.

Leurs morts portent à 294 le nombre de soldats tués lors de l’offensive terrestre de Tsahal contre le Hamas à Gaza et lors des opérations le long de la frontière. Un entrepreneur civil du ministère de la Défense a également été tué dans la bande de Gaza.

Le sergent. Première classe (res.) Adar Gavriel, à gauche, et le Sgt. Yonatan Elias, tué lors des combats à Gaza le 30 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

Gavriel était le 10e soldat israélien tué dans l’opération de Jabaliya, dont cinq sont morts à la suite d’un seul « incident de tir ami ».

L’armée israélienne a pénétré à Jabaliya au début du mois pour la troisième fois depuis la guerre, dans le cadre d’une opération lancée pour chasser les combattants du Hamas qui tentaient de se réimplanter dans le nord de Gaza et suite à de nouveaux renseignements obtenus par l’armée israélienne sur les corps des otages israéliens qui y étaient détenus. .

Au cours de l’opération de 20 jours, qui s’est terminée tôt vendredi matin, l’armée a déclaré avoir tué des centaines de terroristes, récupéré les corps de sept otages israéliens tués et démoli d’importants tunnels.

Les troupes de Tsahal opèrent à Jabaliya, dans le nord de Gaza, sur une photo publiée le 31 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

Les Palestiniens avaient annoncé jeudi le retrait de l’armée israélienne de Jabaliya, bien que l’armée ait nié cette affirmation à l’époque.

Les officiers de Tsahal ont décrit les combats à Jabaliya comme étant parmi les plus intenses de la guerre. Le camp de réfugiés de Jabaliya est l’une des zones les plus densément bâties de Gaza, et les troupes ont été la cible de tirs massifs de RPG de la part des membres du Hamas.

L’armée israélienne a déclaré que le Hamas avait transformé l’infrastructure civile de Jabaliya en « un complexe de combat fortifié », avait ouvert le feu sur les troupes depuis des écoles et d’autres sites où s’abritaient des civils, et avait construit des réseaux de tunnels sous les bâtiments civils. Une vidéo diffusée par l’armée montre l’entrée d’un tunnel à l’intérieur d’une école de Jabaliya.

Selon l’armée, quelque 120 projectiles antichar ont été lancés sur les troupes, ainsi que des dizaines d’autres incidents impliquant des engins explosifs posés, des tirs de tireurs d’élite et des drones qui ont largué des bombes.

Au sol, les 7e, 460e et brigades de parachutistes de la division ont tué des centaines d’hommes armés au cours de « combats intenses » et détruit des dizaines de sites appartenant à des groupes terroristes, a indiqué l’armée israélienne.

L’armée israélienne estime avoir tué environ 500 à 600 terroristes lors de l’opération à Jabaliya. Seuls 350 ont été vérifiés jusqu’à présent, suite aux combats et aux frappes aériennes.

Plus de 200 frappes aériennes ont été menées à proximité des forces terrestres au cours de l’opération, tuant des hommes armés, dont des commandants sur le terrain du Hamas, a indiqué l’armée israélienne.

Les troupes de Tsahal opèrent à Jabaliya, dans le nord de Gaza, sur une photo publiée le 31 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

Des centaines d’armes, ainsi que plusieurs sites de fabrication d’armes et plusieurs lance-roquettes, ont été localisés et détruits par les troupes lors de l’opération, a indiqué l’armée israélienne.

Sous terre, quelque 12 kilomètres de tunnels du Hamas ont été démolis par des ingénieurs de combat, après que les troupes ont attaqué les réseaux souterrains, a indiqué l’armée.

Dans un réseau de tunnels, les troupes ont récupéré les corps de Ron Benjamin, Itzhak Gelerenter, Amit Buskila, Orión Hernández Radoux, Hanan Yablonka et Michel Nisenbaum. Tous les sept ont été assassinés par des terroristes du Hamas le 7 octobre et leurs corps ont été enlevés à Gaza, selon l’armée israélienne.

Commandant de la 98e Division, Brig. Le général Dan Goldfus est vu dans un tunnel à Jabaliya, dans le nord de Gaza, où les corps de sept otages israéliens ont été retrouvés, sur une photo publiée le 31 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

Dans un autre tunnel à Jabaliya, le commandant du bataillon Beit Hanoun du Hamas, Hussien Fiad, ainsi que plusieurs autres membres, ont été tués par les forces spéciales.

Deux tunnels d’attaque du Hamas ont également été démolis au cours de l’opération. Les tunnels atteignaient environ 500 mètres de la frontière israélienne, selon les évaluations de Tsahal.

La 98e Division devait désormais disposer de temps pour se reposer, s’entraîner et revoir les plans des opérations futures à Gaza.

L’entrée d’un tunnel à Jabaliya, dans le nord de Gaza, où les corps de sept otages israéliens ont été retrouvés, sur une photo publiée le 31 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

Pendant ce temps, l’armée a déclaré qu’elle poursuivait son opération à Rafah, dans le sud de Gaza, confirmant pour la première fois qu’elle opérait dans le centre de la ville un jour après que des chars ont été signalés dans la région.

L’armée israélienne a déclaré que les troupes des brigades Commando et Givati, opérant dans le centre de Rafah, ont localisé des lance-roquettes, des puits de tunnel et des caches d’armes utilisées par le Hamas.

Dans d’autres zones de Rafah, y compris la partie orientale de la ville et le long du soi-disant corridor de Philadelphie qui longe la frontière entre Gaza et l’Égypte, Tsahal a déclaré que d’autres forces de la 162e division ont localisé des roquettes à longue portée ainsi que des armes et du matériel militaire supplémentaires. .

Mercredi, Tsahal a déclaré avoir établi un « contrôle opérationnel » sur l’ensemble du couloir, découvrant des dizaines de lance-roquettes et au moins 20 tunnels transfrontaliers.

Toujours dans la région de Rafah, l’armée a annoncé vendredi qu’un membre de la force d’élite Nukhba du Hamas avait été tué dans une frappe de drone.

Des frappes ont été menées contre « de nombreuses » cibles supplémentaires à travers Gaza au cours de la dernière journée, notamment des dépôts d’armes, des bâtiments utilisés par des groupes terroristes et des cellules d’hommes armés, a ajouté l’armée israélienne.

La fumée s’élève à la suite d’une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le jeudi 30 mai 2024. (AP Photo/Abdel Kareem Hana)

Malgré une vague croissante de critiques internationales à l’égard de l’opération, l’armée israélienne a affirmé que Rafah était le dernier bastion majeur du Hamas dans la bande de Gaza, et a suggéré que bon nombre des otages restants capturés par le groupe terroriste le 7 octobre pourraient être détenus dans la ville. .

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut les communautés et les positions militaires du sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant 252 otages, dont un certain nombre de corps.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 36 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, même si seulement 22 000 décès ont été identifiés dans les hôpitaux. Le bilan, qui ne peut être vérifié, comprend quelque 15 000 terroristes qu’Israël affirme avoir tués au combat.


Source link