Skip to content
Deutsche Telekom perd son procès contre un produit vidéo à tout faire

Un corbeau repose sur les antennes GSM de Deutsche Telekom AG au sommet du siège du géant allemand des télécommunications à Bonn, en Allemagne, le 19 février 2019. REUTERS / Wolfgang Rattay

FRANCFORT (Reuters) – Deutsche Telekom a perdu sa bataille judiciaire pour continuer à proposer un produit vidéo à tout faire à la suite d'un film vidéo mobile à la demande du régulateur allemand, qui aurait violé les règles européennes sur l'itinérance et la neutralité du réseau.

La cour d'appel de Münster a décidé que le produit StreamOn de Deutsche Telekom ne pouvait plus être proposée dans sa forme actuelle, confirmant ainsi la décision d'une juridiction inférieure en faveur de restrictions imposées par la Federal Network Agency (BNetzA) en décembre 2017.

Deutsche Telekom, le plus grand opérateur de télécommunications d’Europe, avait cherché à imiter le succès de son entreprise américaine T-Mobile, qui a gagné des parts de marché aux États-Unis en offrant Netflix «sur nous». StreamOn a attiré 2 millions d'utilisateurs.

La Cour administrative supérieure de Münster a jugé que StreamOn avait enfreint la règle de l'Union européenne consistant à «se déplacer comme à la maison» en offrant uniquement des données gratuites pour la lecture en continu de vidéos aux téléspectateurs en Allemagne.

La vitesse de téléchargement a été réduite par certains plans tarifaires moins chers, en violation du principe de neutralité de l'internet, a déclaré la cour dans un communiqué, ajoutant que sa décision était définitive et pouvait désormais être mise en œuvre.

«Nous sommes ravis que le tribunal ait confirmé notre interprétation de la loi», a déclaré un porte-parole de BNetzA à propos de la décision. "Nous prendrons des mesures rapides pour que Telekom adapte son produit en conséquence."

Deutsche Telekom a indiqué qu'elle examinerait ses options juridiques et continuerait pour le moment à proposer StreamOn aux clients allemands sans augmenter les prix.

"Nous attendons de la BNetzA qu'elle dispose du temps nécessaire pour procéder aux ajustements nécessaires", a déclaré un porte-parole. "Nous sommes convaincus que StreamOn est un produit légal et explorerons toutes nos options juridiques."

Reportage par Douglas Busvine. Édité par Jane Merriman

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *