Dernières Nouvelles | News 24

Des soins de santé mentale difficiles d’accès au Canada, selon un expert

Trois ans après l’émergence de la COVID-19, les Canadiens continuent de ressentir l’impact de la pandémie sur leur santé mentale.

Ils signalent des niveaux élevés de détresse mentale alors qu’ils endurent des défis continus comme des périodes d’isolement, des difficultés relationnelles et le travail à distance ou en première ligne.

Malgré le nombre élevé de personnes ayant besoin d’aide, beaucoup ne peuvent pas trouver et se permettre d’accéder à des services de santé mentale.

Le manque de ressources préventives et de traitement pour les Canadiens ajoute de la pression sur les hôpitaux, oblige la police à répondre aux crises et augmente la demande de services sociaux comme le logement et les programmes de toxicomanie, disent les défenseurs à CTVNews.ca.

Un sondage réalisé en 2022 par l’Institut Angus Reid a révélé qu’un Canadien sur trois dit avoir des problèmes de santé mentale.

«ÉCART ÉNORME» DANS L’ACCÈS AUX SOINS

“Il y a cet énorme écart pour accéder aux services de santé mentale, peu importe où vous vivez”, a déclaré Margaret Eaton, PDG nationale de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM), à CTVNews.ca.

Les données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) suggèrent que la plupart des Canadiens attendent des semaines, voire des mois, pour accéder à des conseils en santé mentale dans leurs communautés.

Entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021, environ la moitié des personnes cherchant des conseils au Canada ont attendu 22 jours en moyenne pour leur premier rendez-vous en santé mentale, ce qui peut être une attente importante en cas de crise. Environ 10 % des personnes ont attendu près de quatre mois.

Les données de l’Ontario, du Québec, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nunavut n’étaient pas disponibles, mais Eaton a déclaré que des problèmes d’accès aux soins sont rencontrés dans tout le pays.

“Il est impossible d’obtenir le type de services et de soutien dont ils ont besoin”, a-t-elle déclaré. “Beaucoup de gens nous disent que la raison pour laquelle ils ne reçoivent pas de soins de santé mentale est soit qu’ils ne peuvent pas en trouver, soit qu’ils ne peuvent même pas se le permettre.”

Avec la pandémie, le nombre de personnes ayant besoin de soins de santé mentale a augmenté. Statistique Canada a rapporté en mai 2020 que 38 % des répondants ont indiqué une « détérioration » de la santé mentale.

Selon le rapport de StatCan, ceux qui éprouvaient des problèmes de santé mentale avant la pandémie étaient plus de deux fois plus susceptibles de voir leur santé décliner en raison de la pandémie.

Les personnes souffrant de maladie mentale pendant le COVID-19 étaient plus de quatre fois plus susceptibles d’avoir des pensées suicidaires et de tenter de s’automutiler, indique-t-il.

DES SOINS VIRTUELS PAS ÉGALEMENT ACCESSIBLES

« Au plus fort de la pandémie, près d’une hospitalisation d’enfants et de jeunes sur quatre concernait des problèmes de santé mentale », a déclaré Eaton.

Plus de la moitié des enfants et des jeunes qui ont pu trouver des ressources au Canada avant la pandémie ont déclaré en 2022 avoir eu de la difficulté à trouver du soutien, a déclaré l’ICIS.

Ses données montrent que trois enfants et jeunes sur cinq âgés de 12 à 24 ans ont déclaré avoir eu du mal à accéder aux services de santé mentale et de toxicomanie.

Alors que certains ont pu se tourner vers les options de soins virtuels, l’ICIS a déclaré que l’accès n’était pas égal. Les services de santé mentale virtuels étaient plus disponibles pour les Canadiens qui vivaient dans des quartiers à revenu élevé.

Selon le rapport, qui a examiné l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique entre avril 2019 et mars 2021, l’accès aux soins virtuels a été accordé à certains patients plutôt qu’à d’autres tout au long de la pandémie.

Ceci malgré le fait que les personnes vivant dans la pauvreté et les communautés racialisées ont été touchées de manière disproportionnée par la COVID-19, qui a gravement affecté leur bien-être mental, rendant encore plus important le besoin d’accéder aux services de santé mentale.

Sans services de santé mentale en dehors des hôpitaux, les gens se tournent vers les salles d’urgence surchargées. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale affirme que le coût économique annuel de la maladie mentale au Canada est estimé à plus de 50 milliards de dollars, ce qui comprend les coûts des soins de santé, la perte de productivité et les pertes de qualité de vie.

CE QUE DEMANDENT LES AVOCATS

Selon les défenseurs, une chose qui ferait une différence pour ceux qui ont besoin de soins est le financement.

“La santé mentale est mieux traitée par la thérapie par la parole, un programme de groupe, par des pairs aidants ou un programme de toxicomanie”, a déclaré Eaton. “Rien de tout cela n’est couvert par notre Loi canadienne sur la santé.”

Eaton dit que si le Canada investissait dans la couverture de la santé mentale, le financement aiderait tous les Canadiens et allégerait la pression sur les personnes qui accèdent aux soins et sur ceux qui les fournissent.

“Chaque année, les Canadiens dépensent des millions de dollars dans les services du secteur privé”, a déclaré Eaton. “Nous pensons que les soins de santé mentale (devraient être) universels. Nous devrions tous avoir accès aux soins dont nous avons besoin quand nous en avons besoin.”

Au cours des derniers mois, le gouvernement fédéral a alloué des fonds à des programmes spécifiques dirigés par des provinces dans le cadre de son engagement de 2021 de 50 millions de dollars sur deux ans pour les services de santé mentale.

Le 11 janvier, il a annoncé un financement de 6,9 ​​millions de dollars pour les programmes de santé mentale des jeunes dans les YMCA à travers le Canada. Les programmes mettent l’accent sur l’intervention précoce par la thérapie.

“Il y a d’énormes lacunes si le gouvernement provincial (ou territorial) ne finance pas (les programmes de santé mentale)”, a déclaré Eaton.

Le Royaume-Uni a des soins de santé mentale couverts par sa loi sur la santé, a déclaré Eaton, un accord en place depuis des décennies.

“Ils ont mis en place un service où il y a des psychiatres, mais aussi des psychologues, des travailleurs sociaux, des pairs aidants, afin qu’ils puissent trier la personne (et) découvrir ce dont elle a besoin”, a déclaré Eaton.

Elle espère que le Canada pourra avoir un système similaire pour garantir que le chemin d’accès aux services de santé mentale est transparent.

Au niveau individuel, dit Eaton, soutenir les amis et la famille par l’écoute peut faire une différence, tout comme la signature de pétitions ou le lobbying auprès des représentants du gouvernement pour plus de financement.

Ce financement est nécessaire pour la création de programmes de santé mentale, mais aussi pour de nouveaux emplacements de soutiens existants, a déclaré Eaton. Les Canadiens doivent avoir accès aux services au sein de leurs collectivités.

“Nous voulons également voir plus d’investissements dans les déterminants sociaux de la santé mentale”, a déclaré Eaton. “Nous voulons voir la création de nouveaux logements pour les personnes atteintes de maladie mentale grave qui ont tant de mal à trouver de l’aide et qui représentent une grande partie de la population sans abri.”

Des études menées dans différentes villes ont montré qu’entre 23 et 67 % des personnes sans abri peuvent avoir une maladie mentale.

“Nous voulons nous assurer que nous prenons soin de la santé mentale de toute la personne”, a déclaré Eaton.

———-


Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes en crise, voici quelques ressources disponibles.

Ligne d’aide canadienne pour la prévention du suicide (1-833-456-4566)

Centre de toxicomanie et de santé mentale (1 800 463-2338)

Crisis Services Canada (1-833-456-4566 ou texte 45645)

Jeunesse, J’écoute (1-800-668-6868)

Si vous avez besoin d’une assistance immédiate, composez le 911 ou rendez-vous à l’hôpital le plus proche.


CTV News est une division de Bell Média, qui fait partie de BCE Inc.

Articles similaires