Skip to content
Des preuves indiquent que des armes iraniennes ont été utilisées dans l'attaque saoudienne, selon des Saoudiens

Image satellite montrant les dommages causés aux infrastructures pétrolières et gazières de Saudi Aramco à Abqaiq, en Arabie saoudite. Ce document est publié par le gouvernement américain le 15 septembre 2019. Gouvernement des États-Unis / DigitalGlobe / Document via REUTERS

RIYADH (Reuters) – La coalition militaire saoudienne combattant le mouvement houthi yéménite a déclaré lundi que l'attaque contre les usines pétrolières saoudiennes avait été menée avec des armes iraniennes et n'avait pas été lancée à partir du Yémen, selon des conclusions préliminaires.

Le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malki, a déclaré qu'une enquête sur les frappes de samedi, revendiquée par le groupe houthi aligné avec l'Iran, était toujours en cours pour déterminer le lieu du lancement.

"Les résultats préliminaires montrent que les armes sont iraniennes et nous travaillons actuellement pour déterminer le lieu … L'attaque terroriste ne provient pas du Yémen, comme l'a affirmé la milice houthie", a déclaré Malki lors d'une conférence de presse à Riyadh.

Il a ajouté que les autorités dévoileraient le lieu d'où les drones ont été lancés lors d'un prochain point de presse.

L’Iran a rejeté les accusations américaines «inacceptables» selon lesquelles Téhéran serait responsable de l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes, qui a réduit de près de la moitié de la production du royaume, soit 5% de l’approvisionnement mondial en pétrole.

Malki a déclaré que l'État arabe du Golfe, premier exportateur mondial de pétrole, était capable de protéger des sites énergétiques et économiques vitaux. "Cet acte lâche vise en grande partie l'économie mondiale et non pas l'Arabie Saoudite."

L'alliance musulmane sunnite, soutenue par l'Occident, est intervenue au Yémen en mars 2015 pour tenter de rétablir le gouvernement internationalement renversé qui avait été destitué du pouvoir dans la capitale Sanaa fin 2014 par les Houthis.

Le mouvement a intensifié ses attaques de drones et de missiles sur les villes saoudiennes cette année. Le conflit est largement considéré dans la région comme une guerre indirecte entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

Reportage de Stephen Kalin à Riyadh et de Maher Chmaytelli à Dubaï; Écrit par Ghaida Ghantous, William Maclean

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *