Des plongeurs visitent les épaves de la Première Guerre mondiale dans le musée des fonds marins récemment ouvert en Turquie

Le plus récent parc de Turquie est un musée sous-marin de quatorze épaves qui gisent sous les vagues du détroit des Dardanelles, un aperçu des batailles féroces entre les forces ottomanes et alliées pendant la Première Guerre mondiale.

Le photographe turc Savas Karakas a été l’un des premiers à monter à bord d’un bateau à moteur, puis à plonger dans la tombe des fonds marins lors de l’ouverture du parc samedi. Là, dit-il, il a pu renouer avec son grand-père qui a combattu dans la campagne de Gallipoli de 1915.

« Les mains de mon grand-père étaient défigurées et brûlées au combat, et j’en avais toujours peur », a déclaré Karakas, qui vit à Istanbul et dont le prénom signifie « guerre », après la bataille.

« Mais quand je viens à Gallipoli et que je plonge, le métal rouillé et l’acier des épaves me rappellent les mains de mon grand-père et je tiens sa main sous l’eau. »

Le parc sous-marin historique de Gallipoli a ouvert ses portes 106 ans après que les forces allemandes ottomanes et alliées eurent arrêté une invasion par les troupes britanniques, françaises, australiennes et néo-zélandaises.

La résistance ottomane reste un point de fierté profonde dans la Turquie moderne. À l’époque, il a contrecarré le plan des Alliés de contrôler le détroit reliant la mer Égée à la mer Noire, où leurs alliés navals russes étaient parqués.

Les lourdes pertes britanniques comprenaient le cuirassé HMS Majestic de 120 mètres, qui est le premier arrêt pour les plongeurs à une profondeur de 24 mètres au large de la côte de Seddulbahir.

Lui et d’autres navires sont en grande partie intacts sur le fond marin.

« Nous sommes une génération chanceuse parce que nous pouvons encore visiter ces monuments », a déclaré Ali Ethem Keskin, un autre photographe sous-marin d’Istanbul.

« Quand j’ai commencé à plonger… j’ai ressenti le moment où ils ont coulé et j’ai ressenti le stress de la guerre », a-t-il déclaré. « J’ai ressenti la panique qu’ils ont ressentie à ce moment-là. »

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici. Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Télégramme.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments