Des officiers en tenue anti-émeute affrontent des manifestants à Yangon

La tension entre les manifestants anti-coup d’État et la police s’est intensifiée vendredi dans la plus grande ville du Myanmar, Yangon, après que des policiers sont entrés pour empêcher la manifestation de se propager dans la circulation.

Des officiers en tenue anti-émeute complète ont affronté les manifestants dont le nombre n’avait cessé d’augmenter au carrefour animé de la ville dans la région de Hledan, un lieu régulier de rassemblements contre la prise de contrôle militaire du 1er février.

Les manifestants ont scandalisé la libération des dirigeants civils détenus et élus et brandi des banderoles avec des slogans tels que « Sortez du dictateur terroriste » et « Respectez nos votes, dites » non « au coup d’État militaire », tandis que la police se tenait, largement impassible, devant eux, bien que des témoins aient dit que certains ont utilisé leurs boucliers pour les pousser.

« Pourquoi utilisent-ils autant de force? Ils nous ont poussés violemment. Pourquoi ont-ils fait ça? » a déclaré un jeune manifestant qui s’était disputé avec un officier, mais a refusé de donner son nom par crainte de répercussions.

« Regardez-les. Doivent-ils agir comme ça? Nous ne bloquons aucune route. Ils ont utilisé intentionnellement cette force. Ils ne devraient pas faire ça », at-il dit.

La police est finalement partie alors que d’autres manifestants sont arrivés.

Aucune arrestation n’a été signalée.

Les rassemblements se sont poursuivis sans relâche vendredi à Yangon et dans d’autres villes du Myanmar.