Dernières Nouvelles | News 24

Des militants anti-israéliens affirment que l’arabe est mal traduit dans la vidéo d’un enlèvement

Suite à la diffusion des images de l’enlèvement de cinq femmes israéliennes de la base de Nahal Oz par le Hamas, certains militants anti-israéliens se sont tournés vers les réseaux sociaux pour affirmer que la traduction anglaise de l’arabe entendu dans la vidéo était inexacte, en particulier une ligne , ce qui, s’il était traduit correctement, impliquait que les terroristes prévoyaient d’agresser sexuellement leurs victimes.

Les sous-titres en hébreu et en anglais ont été fournis par des traducteurs de Tsahal, et vers le milieu du clip, les sous-titres disaient : « Voici les filles (les femmes qui peuvent tomber enceintes). »

Le débat porte sur le mot arabe sabaya. Il peut être compris comme signifiant, selon son orthographe et de légères différences de prononciation, une jeune femme, ou – une esclave sexuelle. L’armée israélienne l’a traduit selon cette dernière interprétation, tandis que les sympathisants du Hamas ont soutenu que le terme était simplement utilisé pour désigner les captifs comme des « femmes » ou des « filles ».

En d’autres termes, la traduction de Tsahal impliquait que les terroristes du Hamas complotaient, à ce moment-là filmés, pour asservir sexuellement et violer les jeunes Israéliennes, alors que l’alternative serait qu’ils pointaient simplement du doigt la jeunesse de leurs captives.

Une capture d’écran de la vidéo détaillant l’enlèvement d’observateurs de Tsahal le 7 octobre 2023. (crédit : capture d’écran)

Le Dr Edy Cohen, analyste du Moyen-Orient et de langue maternelle arabe, né et élevé au Liban, a déclaré à Israel Hayom que les terroristes ont clairement agi comme s’ils manipulaient « du butin de guerre, des esclaves », en utilisant une rhétorique qui comportait ouvertement des connotations sexuelles. .

De plus, juste après que le terme ait été utilisé, un autre terroriste a qualifié les femmes de « si belles » en anglais, répondant au commentaire sabaya de l’autre terroriste, faisant encore allusion à leurs projets d’agression sexuelle et d’esclavage.

Idéologie djihadiste

L’utilisation d’une telle terminologie et la notion de prise d’esclaves sexuelles en temps de guerre constituent une composante forte de l’idéologie djihadiste contemporaine.

L’esclavage sexuel en tant que forme de guerre mise en œuvre par les organisations djihadistes du monde entier est un phénomène bien documenté. Les cas les plus notables sont les cas commis par des membres de l’État islamique (EI) contre des femmes et des filles yézidies, ainsi que par Boko Haram contre des femmes et des filles nigérianes.

Le terme sabaya semble avoir été popularisé par l’Etat islamique, presque toutes les références étant liées aux marchés aux esclaves de l’Etat islamique en Syrie.

L’origine du mot trouve son origine dans les tristement célèbres rapports de hadiths trouvés dans le livre Sahih al-Bukhari et a généralement été traduit par « concubine ».

Cependant, dans les dialectes arabes modernes, en particulier ceux que l’on trouve dans la terminologie palestinienne au Liban et en Syrie, il s’agit d’un terme à consonance similaire, mais neutre, utilisé pour désigner les femmes et les filles.

Ce hadith particulier a été considéré comme particulièrement controversé en raison de son importance parmi les groupes djihadistes, ce qui a conduit à son interdiction par la Russie en 2022.






Source link