Des migrants tentent désespérément d’atteindre Douvres après avoir été autorisés à quitter Calais malgré la mort de 27 personnes

Des foules de migrants ont effectué le voyage perfide à travers la Manche aujourd’hui après avoir été autorisés à quitter Calais – malgré 27 morts alors qu’ils tentaient de faire le voyage hier.

Ce matin – à la suite de la catastrophe meurtrière d’hier – un certain nombre de migrants tremblants ont été vus avant d’être conduits à terre à Douvres après avoir été secourus par le RNLI.

Les migrants sont conduits à terre à Douvres ce matin par les sauveteurs du RNLICrédit : PA
Des flics français ont arrêté un bus rempli de migrants portant des gilets de sauvetage près de Calais

Des flics français ont arrêté un bus rempli de migrants portant des gilets de sauvetage près de CalaisCrédit: UkNewsinPictures
C'est la première photo d'un canot pneumatique qui a coulé dans la Manche, tuant 27 migrants

C’est la première photo d’un canot pneumatique qui a coulé dans la Manche, tuant 27 migrantsCrédit: Sky News

Environ 40 personnes se sont rassemblées dans les deux bateaux pour naviguer sur l’eau glacée, rapporte la BBC.

Cela survient après que des détails horribles de la tragédie d’hier soient apparus, avec une photo montrant le « piège mortel flottant » qui a coulé, tuant 27 migrants, dont une femme enceinte et trois enfants.

Les survivants affirment que le radeau bondé a été heurté par un porte-conteneurs.

Hier soir, quatre passeurs présumés qui auraient organisé la traversée mortelle de mercredi ont été placés en garde à vue pour homicide involontaire.

Seuls deux hommes ont fait une « évasion miracle » du pneumatique fragile – qui a été photographié par un pêcheur après avoir chaviré et perdu la plupart de son air.

Les victimes étaient pour la plupart des Kurdes irakiens non identifiés et des Somaliens qui avaient payé l’équivalent de 6 000 £ chacun.

Très peu d’entre eux portaient des gilets de sauvetage et la plupart auraient succombé à l’hypothermie dans la Manche froide.

Sept d’entre eux étaient des femmes, dont une qui attendait un bébé, tandis que trois enfants figuraient également parmi les morts.

Des autopsies auront lieu à Lille « dans les prochains jours », a indiqué Carole Etienne, procureur de la République de la ville, qui mène une enquête pénale sur le drame.

Les survivants – un Kurde irakien et un autre Somalien – ont indiqué qu’un porte-conteneurs est entré en collision avec leur bateau, provoquant son dégonflement, selon les sauveteurs qui étaient les premiers sur les lieux.


Il vient comme :


Bernard Barron, président du service de secours de la SNSM à Calais, a parlé de « meurtre collectif ».

Il a décrit comment le « piège mortel flottant » destiné à transporter pas plus de dix personnes « a été complètement dégonflé lorsque nous l’avons trouvé ».

M. Barron a déclaré: « Les migrants sont forcés de monter dans le bateau et leurs pieds sont dans l’eau et le carburant. Ce sont des conditions inimaginables.

« Souvent, seuls les femmes et les enfants ont des gilets de sauvetage, et ces bateaux n’ont pas de feux de navigation ni de récepteurs radar. »

Charles Devos, l’un des premiers sauveteurs de la SNSM à atteindre les victimes, a déclaré : « Nous avons vu les bateaux devenir de plus en plus surchargés.

« Les structures gonflables ne sont conçues que pour dix personnes, mais plus de 50 ont été emballées à bord, les transformant en pièges mortels flottants.

« Nous avons toujours pensé qu’un jour ou l’autre, ils allaient entrer en collision avec un porte-conteneurs ou un ferry. »

Les sauveteurs pensent que le bateau a quitté Loon-Plage, près de Dunkerque, mercredi matin, et est entré en collision avec le porte-conteneurs à la limite des eaux territoriales françaises.

Les deux hommes « ont fait une évasion miracle », a déclaré M. Devos, mais leur état à l’hôpital de Calais serait « extrêmement grave ».

« S’EN SORTIR AVEC LE MEURTRE »

Ce fut le jour le plus meurtrier de la crise de la traversée et a conduit à un jeu de blâme amer entre les ministres français et britanniques.

Ce matin, la police française était en force près de Calais et a arrêté un bus rempli de migrants portant des gilets de sauvetage.

Et des familles ont été vues en train d’installer un nouveau camp de fortune près de Dunkerque après que la police aurait brisé leurs tentes pour les déplacer.

Les personnes arrêtées pour les noyades – dont les noms n’ont pas été divulgués – sont tous des hommes qui ont été arrêtés alors qu’ils fuyaient vers la frontière belge mercredi soir.

Ils devraient comparaître devant les magistrats locaux cette semaine pour un procès accéléré.

On pense que tous font partie d’un gang criminel et qu’ils font face à des accusations d’homicide involontaire et « d’aide à l’immigration illégale dans un gang organisé ».

Jean-Marc Puissesseau, président des ports de Calais et de Boulogne, a également accusé les passeurs d’être des meurtriers, déclarant : « Les pauvres migrants ont passé des mois et des mois à venir ici, et sont morts si près de leur rêve.

La tragédie s’est produite alors que les migrants se précipitaient pour effectuer la traversée dangereuse avant les tempêtes hivernales qui devraient déferler ce week-end.

Le ministre français de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a révélé que 255 migrants étaient arrivés au Royaume-Uni mercredi.

Ceux-ci comprenaient environ 40 personnes qui ont été autorisées à prendre la mer près de Boulogne alors que des flics français regardaient depuis leur voiture, semblant ne rien faire.

Ils ont atterri vers 14h45 à Dungeness.

Tremblement mortel

Le soleil

PEUT-ÊTRE maintenant, avec près de 30 migrants tragiquement morts dans la Manche, les politiciens des deux côtés de celle-ci vont enfin agir.

Peut-être que les Français mettront fin à leurs jeux anti-Brexit infantiles, ordonneront à leur police de se lâcher et empêcheront ces dériveurs perfides de prendre la mer.

Que les flics restent les bras croisés hier alors que des enfants terrifiés et gelés étaient entassés dans des bateaux potentiellement mortels n’était pas seulement honteux. C’était inhumain.

Peut-être que notre propre gouvernement mettra en place un système d’asile adapté à son objectif, et non notre régime chaotique et laxiste qui agit comme un aimant pour l’immigration illégale.

Les méchants passeurs portent bien sûr la responsabilité ultime. La France doit envoyer une armée de flics pour les enfermer, car le Royaume-Uni leur a payé 54 millions de livres sterling pour le faire.

Mais ces gangs malfaisants n’ont de métier qu’à cause de l’incompétence et du manque de volonté de part et d’autre. Et parce que les frontières ouvertes de l’UE permettent aux migrants de traverser l’Europe et d’atteindre les côtes françaises sans encombre.

Des centaines par jour risquent désormais la traversée en sachant que s’ils réussissent ils seront nourris, logés et jamais évacués.

À moins que les deux parties n’agissent, des morts plus horribles et épouvantables sont inévitablement inévitables.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que la France ne permettrait pas à la Manche de devenir un « cimetière ».

Le Premier ministre Jean Castex a évoqué une « terrible tragédie », ajoutant : « Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère ».

Et Natacha Bouchart, la maire de Calais, a déclaré : « Cela fait des semaines et des mois que je préviens que ce genre de tragédie était inévitable.

Elle a accusé le système britannique de prestations laxistes d’encourager l’immigration.

« Le gouvernement britannique impose un contrôle de l’immigration sur notre territoire depuis 20 ans », a-t-elle ajouté.

« Il n’a jamais eu le courage de contrôler cette immigration au pays. Il faut réagir, réagir vite pour que tout s’arrête. »

Le Premier ministre Boris Johnson a quant à lui accusé la France de ne pas en faire assez pour empêcher les migrants de traverser la Manche.

Il a déclaré que les gangs de passeurs « s’en sortaient littéralement avec un meurtre ».

Quelque 27 000 migrants ont traversé la Manche cette année, éclipsant de loin les quelque 8 000 arrivés en 2020 et 1 000 arrivés en 2019.

Plus de 4 000 ont fait le voyage en novembre jusqu’à présent, le plus grand nombre jamais enregistré en un seul mois, et la poussée ne montre aucun signe de ralentissement.

Des familles désespérées ont dû déménager sur un nouveau site après que des flics auraient brisé leurs tentes

Des familles désespérées ont dû déménager sur un nouveau site après que des flics auraient brisé leurs tentesCrédit: UkNewsinPictures
Des centaines de migrants sont sur la côte dans l'espoir de se rendre au Royaume-Uni malgré le gel

Des centaines de migrants sont sur la côte dans l’espoir de se rendre au Royaume-Uni malgré le gelCrédit: UkNewsinPictures
Un camp de fortune au bord d'une route près de Dunkerque aujourd'hui

Un camp de fortune au bord d’une route près de Dunkerque aujourd’huiCrédit: UkNewsinPictures
Objets abandonnés et deux moteurs hors-bord aujourd'hui à Wimereux près de Calais

Objets abandonnés et deux moteurs hors-bord aujourd’hui à Wimereux près de CalaisCrédit : Getty
Un bateau transportant les corps de 27 migrants rentre mercredi à Calais

Un bateau transportant les corps de 27 migrants rentre mercredi à CalaisCrédit : AFP
L'un des survivants vu dans une combinaison thermique dorée la nuit dernière

L’un des survivants vu dans une combinaison thermique dorée la nuit dernière
Les migrants débarquent dans le Kent en toute sécurité après avoir traversé une mer agitée dans la Manche mercredi

Les migrants débarquent dans le Kent en toute sécurité après avoir traversé une mer agitée dans la Manche mercrediCrédit : Reuters
La police française surveille les dizaines de migrants qui se dirigent vers la mer dans un canot pneumatique

La police française surveille les dizaines de migrants qui se dirigent vers la mer dans un canot pneumatiqueCrédit : Reuters
Une fille migrante est embrassée par son père soulagé après son arrivée au Royaume-Uni, le même jour où 27 sont décédés

Une fille migrante est embrassée par son père soulagé après son arrivée au Royaume-Uni, le même jour où 27 sont décédésCrédit : Steve Finn

LES AVERTISSEMENTS SONT TOMBES DANS L’OREILLE D’UN SOURD

Jonathan Reilly

La FRANCE a été prévenue il y a un an que fermer les yeux sur les traversées de la Manche créerait un cimetière en mer.

Et cela a été repris à Calais la nuit dernière lorsque le maire a accusé Paris d’ignorer leurs appels à l’aide alors qu’un nombre record a fait le périlleux voyage de 21 milles cette année.

Près de 26 000 migrants sont arrivés en 2021 et les noyades se sont multipliées. Plus de 6 000 personnes ont traversé au cours des trois dernières semaines, dix fois le nombre de novembre 2020.

Le 11 novembre, un record de 1 185 a atterri en une seule journée. En revanche, seules 1 844 personnes sont arrivées au cours de l’année 2019. Les décès sont également en augmentation avec au moins dix migrants connus pour s’être noyés au cours des trois dernières semaines.

Il y a un an, l’association caritative Save the Children a averti : « La Manche ne doit pas devenir un cimetière pour les enfants.

Hier soir, la maire de Calais, Natalie Bouchart, a dénoncé le président Macron. Elle a déclaré: « Cela fait des semaines et des mois que je n’ai pas mis en garde contre cette situation. »

Nous payons pour vos histoires !

Avez-vous une histoire pour le bureau des nouvelles du Sun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *