Dernières Nouvelles | News 24

Des membres du cabinet israélien se joignent à un événement organisé par des milliers de colons pour appeler au nettoyage ethnique de Gaza

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMIE HOMME BON: C’est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m’appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Des milliers d’Israéliens se sont rassemblés dimanche à Jérusalem pour une grande conférence appelant au retrait des Palestiniens de Gaza afin de reconstruire les colonies juives. La conférence, organisée par le groupe d’implantations Nahala, surnommée « La colonisation apporte la sécurité dans la victoire », a réuni près d’un tiers du cabinet israélien. Parmi les orateurs les plus en vue figurait le ministre israélien de la Sécurité publique, Itamar Ben-Gvir.

ITAMAR BENGVIR: [translated] Aujourd’hui, tout le monde comprend déjà que fuir amène la guerre et que si l’on ne veut pas d’un autre 7 octobre, il faut rentrer chez soi pour contrôler le territoire.

AMIE HOMME BON: Les intervenants à la conférence ont appelé à la colonisation israélienne de Gaza et à la poursuite de l’expansion des colonies en Cisjordanie. Un autre orateur éminent lors de la conférence de dimanche était le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich.

BÉZALEL SMOTRICH: [translated] Nous colonisions notre pays de part en part, le contrôlions, luttions toujours contre le terrorisme et apportions, avec l’aide de Dieu, la sécurité à tout Israël. Vous connaissez la réponse : sans règlement, il n’y a pas de sécurité.

AMIE HOMME BON: Pour en savoir plus, nous nous rendons à Tel Aviv, où nous sommes rejoints par Oren Ziv, reporter et photographe pour +972 Revue qui a couvert la conférence des colons à Jérusalem dimanche. Son morceau est intitulé « Transformer Zeitoun en Shivat Zion : le sommet israélien envisage la réinstallation de Gaza ». Restant avec nous se trouve le Dr Mustafa Barghouti, qui nous parle depuis Ramallah.

Oren, pourquoi ne commenceriez-vous pas par simplement décrire cette conférence, son importance et ce qui vous a le plus choqué pendant que vous la couvriez ?

ORENE ZIV: Merci de m’avoir reçu, tout d’abord.

Je dois dire que c’est le dernier événement d’une série d’événements et de protestations du mouvement des colons appelant à ce qu’ils disent être un retour à Gaza, un retour aux colonies qui ont été expulsées par Israël lors du désengagement de 2005.

Cet événement était important car des milliers de personnes y ont participé à Jérusalem-Ouest. Ils se sont rassemblés dans une grande salle. Je pourrais dire que la moitié des participants étaient des jeunes ou des étudiants. Et vous aviez surtout des colons religieux de droite.

Là, à l’entrée, vous aviez une grande carte, une immense carte, montrant les différentes colonies qu’ils envisagent d’établir dans la bande de Gaza, certaines d’entre elles littéralement au-dessus des villages et des villes palestiniennes qui existent et, bien sûr, malheureusement, ont été détruites. par l’agression israélienne de ces derniers mois.

Dans la salle, nous avons eu des discours, comme vous l’avez dit, de ministres et de parlementaires. Quatre des cinq représentants de quatre des cinq partis qui composent la coalition du gouvernement de Netanyahu étaient présents, 11 ministres et 15 parlementaires, donc un grand soutien de la part du gouvernement, ainsi que des dirigeants et des militants des implantations.

Pour moi, personnellement, la chose la plus choquante n’était pas seulement le projet d’établir des colonies, mais aussi le fait que les gens là-bas dansaient et chantaient, étaient heureux et joyeux. Et il est important de comprendre que dans l’atmosphère publique israélienne, c’est quelque chose que l’on voit à peine depuis l’attaque du 7 octobre. Vous ne voyez pas d’événements publics où les gens sont joyeux, non pas parce que, vous savez, la plupart du public israélien ignore l’horrible réalité à Gaza, mais à cause de la guerre, à cause de l’attaque du 7 octobre, parce que les soldats israéliens sont tués chaque jour pendant la guerre. Vous ne voyez pas beaucoup de ces événements. Et cela a choqué même les Israéliens traditionnels de voir danser les ministres et les personnes qui prennent ces décisions concernant la guerre, cela a été très choquant pour beaucoup de gens. Et je pense que cela est dû au fait que, même si une grande partie du public israélien est encore sous le choc, le mouvement des colons voit cette guerre comme une opportunité d’étendre ses projets de colonisation à Gaza.

JUAN GONZALEZ : Et, Oren, je voulais vous demander — apparemment, le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, je pense que certains rapports disent, en réaction à cette conférence du week-end, a réaffirmé la position britannique selon laquelle il doit y avoir une solution à deux États au conflit israélien… Conflit palestinien. Je me demande ce que vous pensez de la façon dont certains de ces pays occidentaux continuent de soutenir la guerre à Gaza tout en maintenant une solution à deux États dont ils savent que le gouvernement israélien a clairement fait savoir qu’il n’avait pas l’intention d’y donner suite.

ORENE ZIV: Oui, je pense que cette conférence l’a dit très clairement, car avant l’audience de La Haye, le CIJ Au cours de l’audience, les responsables israéliens, Netanyahu et d’autres membres du gouvernement plus central, ont tenté de donner l’impression qu’Israël ne resterait pas à Gaza, ne s’installerait pas à Gaza, qu’il s’agissait d’une guerre temporaire. Et cet événement et la participation de hauts responsables du gouvernement montrent très clairement qu’ils ne veulent pas d’une solution à deux États – mais nous l’avons vu au fil des années – mais, plus important encore, qu’ils ne veulent pas de solution à deux États. Je ne me soucie pas du droit international. Ils ne se soucient pas du CIJ procédure. Cela ne les menace pas de continuer à exprimer ces opinions.

On pourrait penser qu’après que les ministres et le Premier ministre lui-même aient été cités dans l’appel sud-africain devant la Cour – c’était en fait la preuve de ce que le politicien israélien, du discours génocidaire qu’ils promouvaient au début de la guerre – on pourrait penser ils seront un peu plus prudents. Mais c’est le contraire. Ce n’était pas – il est important de mentionner qu’il ne s’agissait pas seulement d’une conférence sur l’installation à Gaza. C’était très clair, et la plupart des intervenants ont parlé de ce qu’ils appellent encourager l’immigration ou forcer les gens à quitter Gaza. Il est donc très clair que le mouvement de colonisation est à l’origine des habitants de Gaza.

Daniella Weiss, l’une des dirigeantes des implantations qui dirigeait la conférence, lorsque nous lui avons demandé : « Qu’arriverait-il aux Palestiniens si vos plans se réalisaient ? elle a dit : « Ils partiraient. Ils devraient partir. Nous ne leur donnons pas de nourriture. Nous ne leur donnons pas d’eau. Elle parlait du siège. Et elle a dit : « Ils partiraient. Il faudrait qu’ils se répandent dans le monde entier. Le ministre Ben-Gvir, un peu plus prudent dans son langage, a également déclaré : « Nous devons encourager l’immigration en provenance de Gaza ». C’était donc un consensus lors de la conférence.

AMIE HOMME BON: Oren, nous venons de diffuser un extrait de Bezalel Smotrich, qui est membre du Cabinet. je regarde un Temps d’Israël article qui dit – il y a quelques années – que l’ancien chef adjoint du Shin Bet, Yitzhak Ilan – il était l’ancien chef adjoint des services de sécurité du Shin Bet – « aurait déclaré lors d’un rassemblement politique que Smotrich était un « terroriste juif », qui prévoyait de faire exploser des voitures sur une autoroute principale lors du désengagement de Gaza en 2005 », lorsque les colons israéliens ont été chassés de Gaza par Israël. Pouvez-vous nous parler de l’importance de cela aujourd’hui, de ce qu’est Smotrich près de 20 ans plus tard ? Il a été détenu pendant trois semaines, interrogé par le Shin Bet, et n’a finalement pas été inculpé. Apparemment, ils ne voulaient pas mettre en danger leurs sources, qui ont déclaré qu’il avait été retrouvé avec d’énormes quantités d’essence.

ORENE ZIV: Oui c’est vrai. Smotrich était un prisonnier de sécurité. Il a été soupçonné de cela mais n’a pas été condamné. Mais cela nous montre, avec Ben-Gvir, que – je l’ai personnellement documenté et vu attaquer des Palestiniens, attaquer des militants israéliens de gauche au fil des années, avant qu’il ne devienne député et ministre. Ce sont donc des gens bien connus dans les activités d’extrême droite. Et malheureusement, aujourd’hui, ce sont eux qui décident des politiques. Ils dirigent Israël.

Et je pense que c’est la raison pour laquelle Netanyahu et la partie la plus centre-droite du gouvernement ne peuvent pas non plus dire que ce n’est pas Israël officiel, que ce n’est pas la ligne officielle, parce que nous avons vu Netanyahu, avant le CIJ, et nous avons vu d’autres orateurs israéliens dire : « Eh bien, ce sont des ministres, ils sont membres du Parlement, mais ils ne font pas partie du cabinet de guerre. Ils ne prennent pas la décision. Ce n’est, bien sûr, qu’une rhétorique pour empêcher Israël de rendre des comptes, je pense, quand nous voyons un si grand nombre de ministres, de hauts ministres et de parlementaires participer à cette conférence, qui est ouverte au transfert, au déplacement des Palestiniens. de Gaza.

Et peut-être plus important encore, je pense que ce discours, il est important de le dire, encourage également les soldats sur le terrain, les soldats de droite, les soldats colons, ou simplement les soldats ordinaires qui entendent cette rhétorique dans les grands médias israéliens, sur les réseaux sociaux. Cela les encourage à commettre des crimes de guerre. La guerre en elle-même est déjà assez horrible, mais je crains que cette rhétorique des membres du gouvernement n’encourage ou donne le sentiment aux soldats sur le terrain qu’ils peuvent tout faire, car si Israël, selon cette conférence, finit par contrôler Gaza, Se déshabiller, cela signifie que les soldats sur le terrain – et nous l’avons vu sur TikTok, sur Instagram, sur les réseaux sociaux – peuvent faire ce qu’ils veulent, car cela appartient à Israël. Ils peuvent donc faire exploser des maisons. Ils peuvent vandaliser. Ils peuvent voler des biens. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent, car cela finira par devenir la propriété israélienne.

JUAN GONZALEZ : J’aimerais ramener le Dr Mustafa Barghouti dans la conversation. Docteur, votre réaction à cette conférence et à ces plans post-invasion des Israéliens — d’une bonne partie du gouvernement israélien ?

DR. MOUSTAFA BARGHOUTI: Ben-Gvir et Smotrich sont bien sûr connus pour être des fascistes, et parfois ils sont décrits comme des psychopathes. Mais ce ne sont pas vraiment de simples psychopathes. Ce sont eux qui décident de la politique du gouvernement israélien. Et aucune de leurs déclarations, des déclarations fascistes, n’a jamais été niée par Netanyahu, le Premier ministre d’Israël. Et ces types représentent ce que l’on peut appeler un fondamentalisme religieux juif extrême combiné à une pensée de suprématie juive. Et ils croient que tout…