Des médecins retirent une boule de poils de l’estomac d’une fille qui a commencé à manger des cheveux à cause de la dépression

La boule de poils pesait environ 500 grammes. Crédits : Image représentative.

Selon les médecins, la jeune fille de 16 ans avait commencé à manger ses cheveux à cause de la dépression.

Une fille qui avait commencé à manger ses cheveux alors qu’elle souffrait de dépression, s’est fait retirer une énorme boule de poils de l’estomac il y a quelques années. Maintenant, elle a développé exactement le même problème et une autre boule de poils pesant environ 500 grammes a dû être retirée de son estomac lors d’une intervention chirurgicale au New Civil Hospital, Surat. Selon les chirurgiens, elle a été diagnostiquée avec le même problème il y a quatre ans, lorsqu’une boule de poils de presque la même taille a été retirée de son estomac. Selon les médecins, la jeune fille a commencé à manger ses cheveux à cause de la dépression. Ce trouble rare est connu sous le nom de Trichobezoar, et il survient lorsqu’une personne mentalement instable s’arrache les cheveux de manière obsessionnelle et les mange, qui s’accumulent ensuite dans l’estomac sous la forme d’une bosse. En septembre, un cas similaire a été traité à l’hôpital Balrampur de Lucknow, où une jeune fille de 17 ans souffrait du même trouble.

La jeune fille de 16 ans, qui habite le quartier de Ghod Dod Road, avait arrêté de manger et avait perdu beaucoup de poids. Après examen, les médecins ont découvert la boule de poils dans son estomac. Elle a été amenée au NCH où elle a été opérée.

« C’est un cas rare où la fille a développé deux fois le même problème en raison de son habitude de manger des poils. Après la chirurgie précédente, la famille ne l’a pas soignée pour dépression, elle a donc continué à manger des cheveux », a déclaré le Dr Nimesh Verma de NCH au Times of India.

Son père est décédé il y a un an et sa mère travaille comme femme de chambre dans une clinique privée.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici. Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Télégramme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *