Des manifestants irakiens prennent d’assaut le palais du gouvernement après que le religieux Moqtada al-Sadr ait quitté la politique

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Les partisans du religieux chiite irakien Moqtada al-Sadr ont pris d’assaut le palais du gouvernement lundi en signe de protestation, alors que le chef religieux a déclaré qu’il démissionnait de la vie politique.

Le parti politique du chef religieux a remporté plus de sièges au parlement que tout autre lors des élections d’octobre, mais pas assez pour avoir la majorité. Cela a abouti à une impasse, car al-Sadr a refusé de travailler avec des rivaux iraniens.

Ce n’est pas la première fois qu’al-Sadr déclare qu’il quitte la politique, laissant certains sceptiques quant à son annonce. Il a fait des déclarations similaires dans le passé lorsque les développements politiques n’allaient pas en sa faveur.

Des images de la télévision locale publiées sur Twitter montrent des manifestants scandant à l’intérieur du palais républicain. La violation intervient après que les partisans d’Al-Sadr ont pris d’assaut le bâtiment du parlement irakien en juillet. Depuis, ils organisaient un sit-in à l’extérieur de ce bâtiment.

LA RASD D’IRAK DIT AU JUDICIAIRE DE DISSOUDRE LE PARLEMENT EN UNE SEMAINE

Les partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr nagent alors qu’ils protestent à l’intérieur du Palais républicain dans la zone verte, à Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. REUTERS/Ahmed Saad
(Reuters)

Les manifestants ont abattu des barrières de ciment et ont envahi les couloirs du palais, pénétrant dans les différentes salles et salons du bâtiment. Des images de la scène ont également montré des manifestants nageant dans la piscine du palais.

Asharq News a tweeté que le Conseil des ministres irakien avait annoncé qu’il suspendait les sessions du gouvernement après que des manifestants ont également pris d’assaut leur siège.

LE PARLEMENT IRAKIEN A BAGDAD PRIS D’ATTENTE PAR DES MANIFESTANTS

Les forces de sécurité irakiennes gardent la garde alors que les partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr protestent au Palais républicain dans la zone verte, à Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. REUTERS/Alaa Al-Marjani

Les forces de sécurité irakiennes gardent la garde alors que les partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr protestent au Palais républicain dans la zone verte, à Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. REUTERS/Alaa Al-Marjani
(Reuters)

Des témoignages ont également rapporté qu’il y avait eu des tirs près de la maison de l’ancien Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

Le commandement des opérations conjointes irakiennes a annoncé “un couvre-feu complet dans la capitale, Bagdad, y compris les véhicules et les citoyens”, dans un communiqué rapporté par l’agence de presse irakienne. Ce rapport indiquait que le couvre-feu devait commencer à 15h30, heure locale, bien qu’Al Jazeera ait indiqué qu’il commencerait à 19h00.

Les partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr manifestent à l'intérieur du Palais républicain dans la zone verte de Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. REUTERS/Alaa Al-Marjani

Les partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr manifestent à l’intérieur du Palais républicain dans la zone verte de Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. REUTERS/Alaa Al-Marjani
(Reuters)

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Al-Sadr a annoncé sa retraite sur les réseaux sociaux, ordonnant la fermeture des bureaux du parti. Cette décision fait suite au départ à la retraite du dirigeant chiite, l’ayatollah Kadhim al-Haeri, qui partage des partisans avec al-Sadr. Al-Haeri avait exhorté ses partisans à soutenir le dirigeant iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Al-Sadr a déclaré que la décision d’al-Haeri “n’était pas de sa propre volonté”.

L’Associated Press a contribué à ce rapport.