Des homosexuels en Afghanistan disent que la vie sous le « cauchemar » des talibans pourrait être tué sur le coup

Les homosexuels afghans décrivent la prise de contrôle des talibans comme un « cauchemar » et vivent dans la peur d’être exécutés à tout moment.

« Nous ne pouvons pas sortir parce que nous avons juste peur pour nos vies », un homme gay de 21 ans appelé Ghulam, dont le vrai nom a été changé pour des raisons de sécurité, a dit à l’initié. « Si nous nous faisons prendre, les talibans nous tueront.

L’homosexualité est illégale en Afghanistan, mais certains hommes homosexuels ont raconté qu’ils s’étaient sentis suffisamment en sécurité ces dernières années pour participer à la scène gay « underground », comme dans les bars karaoké.

Des talibans auraient mis le feu à une femme pour « mauvaise cuisine »

« C’était fantastique et tellement amusant », a raconté un homme gay, Rameen, 37 ans, dont le nom a également été changé.

« Auparavant, je pouvais rencontrer un partenaire en tête-à-tête sans en ressentir la moindre honte », a déclaré à Insider Sayed, un autre homosexuel afghan dont le nom a été changé.

Mais avec la prise de pouvoir par les talibans, on s’attend désormais à ce que la charia soit appliquée et que l’homosexualité soit passible de mort.

« Il n’est pas hyperbolique de dire que les homosexuels seront éliminés et exterminés par les talibans, tout comme les nazis l’ont fait », a déclaré le militant homosexuel Nemat Sadat, qui réside maintenant aux États-Unis. « Les gens m’envoient des messages en disant voici mon passeport, voici toutes mes informations, s’il vous plaît, sortez-moi de ce pays, je vais mourir. »

LES ÉTATS-UNIS, LE ROYAUME-UNI ET D’AUTRES PAYS DEMANDENT À « CEUX EN POSITION DE POUVOIR » EN AFGHANISTAN DE GARANTIR LA SÉCURITÉ DES FEMMES ET DES FILLES

Les hommes homosexuels restés dans le pays ont maintenant peur de rencontrer leurs partenaires, Rameen disant qu’il veut être réveillé « de ce mauvais rêve ».

« Si les talibans découvrent pour nous, ils nous condamneront à mort », a déclaré Rameen au média en pleurant. « Je pense que nous devrons arrêter notre relation. »

Les femmes du pays craignent désormais également la prise de contrôle des talibans, car celles qui ont vécu sous son régime de 1996 à 2001 n’étaient pas autorisées à aller à l’école ou au travail. Ils ne pouvaient également quitter leur domicile qu’en présence d’un homme et devaient porter des couvertures de la tête aux pieds.

Les contrevenants aux règles étaient lapidés et exécutés en public.

Une déclaration récente signée par les États-Unis et 20 autres pays a demandé aux personnes au pouvoir dans le pays de « garantir » la protection des femmes et des filles contre « toute forme de discrimination et d’abus ». Les talibans se sont engagés à respecter les « droits des femmes », mais des rapports en provenance du pays montrent que les femmes sont déjà maltraitées.

Militant et ancien Afghan juge Najla Ayoubi a déclaré cette semaine à Sky News qu’un combattant taliban aurait mis le feu à une femme pour « mauvaise cuisine », tandis que d’autres jeunes femmes seraient contraintes à l’esclavage sexuel.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

« Il y a tellement de jeunes femmes qui ont été expédiées ces dernières semaines dans les pays voisins dans des cercueils pour être utilisées comme esclaves sexuelles », a-t-elle déclaré.

« Ils forcent également les familles à marier leurs jeunes filles à des combattants talibans. Je ne vois pas où est la promesse qu’ils pensent que les femmes devraient aller travailler, alors que nous assistons à toutes ces atrocités. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *