Actualité du moment | News 24

Des hommes armés tuent 2 policiers et un travailleur de la poliomyélite dans le nord-ouest du Pakistan

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

PESHAWAR, Pakistan – Des hommes armés à moto ont ouvert le feu sur la police pakistanaise escortant une équipe de travailleurs de la polio mardi lors d’une campagne de vaccination porte-à-porte dans un ancien bastion des talibans pakistanais, tuant deux policiers et un travailleur de la polio, a annoncé la police.

Personne n’a immédiatement revendiqué l’attaque au Nord-Waziristan, un district de la province de Khyber Pakhtunkhwa. L’attaque est survenue un jour après que le gouvernement a lancé une autre campagne anti-poliomyélite au milieu d’un pic d’attaques.

Un passant a également été blessé, a indiqué Aziz Ullah, un responsable de la police locale. Les agresseurs ont pris la fuite.

Depuis avril, le Pakistan a enregistré 11 nouveaux cas de poliomyélite, tous dans le Nord-Waziristan, où les parents refusent souvent de vacciner leurs enfants. L’épidémie a porté un coup aux efforts de la nation islamique pour éradiquer la maladie, qui peut provoquer une grave paralysie chez les enfants.

Les campagnes anti-poliomyélite du Pakistan sont régulièrement marquées par la violence. Les militants islamiques ciblent souvent les équipes de lutte contre la poliomyélite et la police chargée de les protéger, affirmant à tort que les campagnes de vaccination sont une conspiration occidentale pour stériliser les enfants.

Le Pakistan et l’Afghanistan sont les seuls pays au monde où la poliomyélite reste endémique. En 2021, le Pakistan n’a signalé qu’un seul cas, laissant espérer qu’il était sur le point d’éradiquer la poliomyélite.

Le Nord-Waziristan était une base pour une myriade de groupes militants, y compris les talibans pakistanais, jusqu’à ce qu’une offensive militaire massive ces dernières années prétende avoir nettoyé la région, forçant de nombreux militants à fuir vers l’Afghanistan. Mais les attaques ont augmenté ces derniers temps, ce qui ajoute aux craintes que les agressions ne compromettent davantage les campagnes anti-polio.

Avant cette semaine, les autorités sanitaires pakistanaises avaient mené cette année trois campagnes nationales de lutte contre la poliomyélite, en janvier, mars et mai. Au cours de la campagne de mars, des hommes armés dans le nord-ouest du Pakistan ont tiré et tué une travailleuse de la poliomyélite alors qu’elle rentrait chez elle après une journée de vaccinations. Et en janvier, des hommes armés ont abattu un policier qui assurait la sécurité des agents de vaccination contre la poliomyélite, également dans le nord-ouest du pays.