Skip to content

KABOUL (Reuters) – Des hommes armés ont attaqué mardi un hôpital de Kaboul, la capitale afghane, où l'organisation humanitaire internationale Médecins sans frontières gère une maternité, ont indiqué des responsables.

Des hommes armés attaquent un hôpital afghan où un groupe humanitaire MSF gère une clinique

Les forces de sécurité afghanes arrivent sur le site d'une attaque à Kaboul, Afghanistan, le 12 mai 2020. REUTERS / Mohammad Ismail

Il n'y a eu aucune information immédiate sur les victimes de l'attaque contre l'hôpital Dasht-e-Barchi, ni aucune réclamation de responsabilité, mais les Taliban ont déclaré qu'ils n'étaient pas impliqués.

L'installation gouvernementale de 100 lits est soutenue par Médecins sans frontières, également connue sous son nom français Médecins Sans Frontières (MSF), a déclaré Wahidullah Mayar, porte-parole du ministère de la Santé publique.

Les forces de sécurité travaillaient pour contrer l'attaque et le vice-ministre de la Santé se rendait peut-être à la clinique à l'époque, a indiqué une source du ministère de l'Intérieur.

Deux autres sources de sécurité ont déclaré que des explosions avaient été entendues sur le site.

MSF n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Il indique sur son site Web qu’il gère une maternité à l’hôpital dans l’un des quartiers les plus pauvres de Kaboul.

Une série d'attaques sanglantes ont eu lieu dans la capitale ces derniers mois, revendiquée par le groupe État islamique.

Lundi, les forces de sécurité ont annoncé avoir arrêté trois hauts responsables de l'État islamique, dont un dirigeant régional.

La semaine dernière, les forces de sécurité ont tué et arrêté plusieurs membres d'une cellule de l'État islamique qui, selon les autorités, étaient responsables de plusieurs attaques de haut niveau à Kaboul, dont une contre un temple sikh en mars.

Des explosions routières dans la capitale lundi, qui ont blessé quatre civils, ont été revendiquées par le groupe.

L'Afghanistan est également confronté à la violence dans le pays de la part des talibans alors même que les États-Unis tentent de lancer des pourparlers de paix après avoir signé un accord de retrait des troupes en février avec les militants.

Les talibans affirment qu'ils se retiennent d'attaquer les centres urbains et que leurs opérations visent les forces de sécurité gouvernementales.

Reportage d'Abdul Qadir Sediqi, Hamid Shalizi et Rupam Jain; Écriture par Charlotte Greenfield; Édité par Christian Schmollinger, Robert Birsel

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.