Skip to content

Les anneaux olympiques photographiés devant le siège du Comité international olympique à Lausanne le 22 mars 2020.

Fabrice Coffrini | AFP | Getty Images

Plus de 160 groupes de défense des droits de l’homme ont remis une lettre conjointe au chef du Comité international olympique lui demandant de reconsidérer son choix d’attribuer à la Chine les Jeux d’hiver de 2022 à la lumière du bilan de Pékin en matière de droits de l’homme.

Il s’agit du plus grand effort coordonné de ce type à ce jour après plusieurs mois d’appels similaires de la part de groupes de défense des droits individuels, et intervient alors que Pékin fait face à une réaction internationale accrue sur les politiques, y compris son traitement des Ouïghours de souche au Xinjiang et les nouvelles lois sur la sécurité à Hong Kong.

« Le CIO doit reconnaître que l’esprit olympique et la réputation des Jeux Olympiques souffriront davantage si l’aggravation de la crise des droits de l’homme, dans tous les domaines sous contrôle chinois, est tout simplement ignorée », a indiqué la lettre, qui a été publiée mardi.

La lettre soutient que le prestige des Jeux olympiques de Beijing 2008 a encouragé le gouvernement à prendre de nouvelles mesures, y compris des programmes ciblant les Ouïghours du Xinjiang et d’autres politiques ethniques.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur la lettre, mais a, à de nombreuses reprises, défendu avec acharnement son bilan en matière de droits.

Il maintient que les politiques au Xinjiang, au Tibet et à Hong Kong sont essentielles à la sécurité nationale et à la stabilité sociale.

Parmi les signataires de la lettre figurent des groupes de défense des droits ouïghours, tibétains, hongkongais et mongols basés en Asie, en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique et en Australie.

Le mois dernier, un important groupe de défense des droits des Ouïghours, World Uighur Congress, a lancé un appel similaire au CIO pour ce qu’il a qualifié de crimes contre l’humanité au Xinjiang.

Le CIO a répondu qu’il resterait neutre sur les questions politiques et a déclaré qu’il avait reçu des autorités chinoises l’assurance de respecter les principes de la charte olympique.

Le CIO n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires mercredi.

La Chine a déjà effectué des préparatifs approfondis pour les prochains Jeux, qui, selon elle, devraient se tenir du 4 au 20 février 2022.

Il y a eu un tollé similaire de la part des groupes de défense des droits avant les Jeux olympiques de Pékin en 2008. À l’époque, le CIO avait défendu ce choix, affirmant que les Jeux étaient une force pour le bien.