Des flics français tirent sur des migrants avec des balles en caoutchouc sur la plage de Dunkerque, cassant des os dans le but d’arrêter la traversée en canot vers le Royaume-Uni

Des flics FRANÇAIS ont tiré sur des migrants avec des balles en caoutchouc dans le but d’arrêter leur traversée en canot pneumatique vers le Royaume-Uni.

La fusillade s’est produite à Dunkerque la semaine dernière, lorsque huit Kurdes iraniens portaient un canot qui devait transporter 40 migrants, vers la mer.

AFP

La police française a tiré sur des migrants avec des balles en caoutchouc[/caption]

Les autorités françaises ont ouvert une enquête car l’incident est considéré comme le premier cas de tactiques d’armes à feu pour empêcher un bateau de migrants de lancer, rapporte le Courrier quotidien.

La fusillade a eu lieu le 22 septembre et a fait deux blessés.

Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital, après avoir été abattus, l’un d’eux souffrant d’une fracture de la jambe et l’autre d’une fracture de la main.

Juanro Rasuli, 24 ans, l’homme blessé à la jambe gauche, était toujours à l’hôpital de Dunkerque la nuit dernière alors que l’autre homme suit des soins médicaux.

Les personnes impliquées dans l’incident ont refusé d’être des trafiquants d’êtres humains ou d’aider les gangs de trafiquants pour de l’argent à la demande du média et ont insisté sur le fait qu’il s’agissait de demandeurs d’asile espérant atteindre la Grande-Bretagne.

Un Kurde iranien du nom de Mohammed a rappelé la fusillade : « Nous étions huit à tenir le bateau près de la plage.


« Nous nous préparions à le lancer pour 40 personnes qui voulaient traverser dans votre pays.

« Ensuite, trois ou quatre policiers sont arrivés dans un seul véhicule. Un policier a tiré à bout portant sur Juanro Rasuli. Je ne me souviens pas combien de fois ils ont tiré les balles en caoutchouc.

« Quand la police nous a vus, ils ont crié stop, nous nous sommes arrêtés et ils nous ont quand même tiré dessus. Ensuite, nous nous sommes enfuis du mieux que nous avons pu.

LES TENSIONS S’ENCHAÎNENT

Elle survient alors que les tensions montent sur les migrants transmanche.

Le ministère de l’Intérieur a menacé d’annuler un accord prévoyant de payer à la France 54 millions de livres sterling supplémentaires pour arrêter les traversées si le nombre de personnes faisant le voyage n’est pas réduit.

En réponse, un général français a promis de retirer des patrouilles du littoral de Calais au cas où cela se produirait.

Le mois dernier, des flics français ont fait irruption sur deux bateaux avec 60 migrants à bord près de Loon-Plage.

Des dizaines de migrants ont tout de même pu traverser la Manche, même dans des conditions météorologiques dangereuses.

Pendant ce temps, les migrants ont juré de continuer à essayer de traverser la Manche malgré l’engagement du ministre de l’Intérieur Priti Patel de les refouler.

On estime que plus de 17 000 personnes ont traversé la Manche à bord de petits bateaux cette année, soit plus du double du total de l’année dernière.

AFP

La fusillade a eu lieu à Dunkerque la semaine dernière[/caption]

Nous payons pour vos histoires !

Avez-vous une histoire pour le bureau des nouvelles du Sun ?

Écrivez-nous à exclusif@the-sun.co.uk ou appeler 02077824104. Vous pouvez nous WhatsApp au 07423 720 250. Nous payons également pour les vidéos. Cliquez ici pour télécharger le vôtre

Cliquez ici pour recevoir le journal The Sun GRATUITEMENT pendant les six prochaines semaines.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments