Des femmes enlevées à des mères africaines par la Belgique demandent réparation

Lea Tavares Mujinga, Monique Bintu Bingi, Noelle Verbeken, Simone Ngalula et Marie-Jose Loshi espèrent que la Belgique reconnaîtra enfin sa responsabilité dans les souffrances endurées par les milliers d’enfants métis, dits « métis », arrachés à leurs familles et placés dans des institutions religieuses et des foyers par les autorités belges qui ont régné sur la région de 1908 à 1960.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments