Des émissions britanniques comme The Crown et Downton Abbey pourraient être lancées sur des sites de streaming européens en réponse au Brexit

Des émissions BRITANNIQUES comme The Crown et Downton Abbey pourraient être exclues des sites de streaming européens dans le cadre d’un stratagème insensé élaboré par Bruxelles.

Les téléspectateurs du continent risquent d’être privés de leur télé préférée parce que les eurocrates veulent mettre de côté les séries britanniques bien-aimées en réponse au Brexit.

Olivia Colman et Josh O’Connor dans La CouronneCrédit : Alamy
Laura Carmichael, Elizabeth McGovern et Michelle Dockery à Downton Abbey

Laura Carmichael, Elizabeth McGovern et Michelle Dockery à Downton AbbeyCrédit : Splash News
Highclere Castle, Downton Abbey dans la série télévisée du même nom

Highclere Castle, Downton Abbey dans la série télévisée du même nomCrédit : Alamy

Ils visent à remplacer nos drames de renommée mondiale par plus de contenu produit dans le bloc – en particulier par des pays plus petits comme Chypre et la Lettonie.

Les responsables de l’UE se sont plaints du nombre « disproportionné » d’émissions britanniques hébergées sur des sites tels que Netflix et Amazon Prime.

Ils affirment que cela représente une menace pour la « diversité culturelle » du club et doit être résolu « au lendemain du Brexit ».

La bureaucratie bruxelloise exige que les fournisseurs s’assurent que 30 pour cent du contenu de vidéo à la demande est classé comme « œuvres européennes ».

En vertu d’un traité transfrontalier, les spectacles fabriqués au Royaume-Uni comptent pour cet objectif, mais les eurocrates envisagent de révoquer notre statut.

Cela réduirait le nombre de séries du Royaume-Uni qui pourraient être hébergées sur le continent.

Elizabeth McGovern joue le rôle de Lady Grantham et Hugh Bonneville celui de Lord Grantham dans Downton Abbey

Elizabeth McGovern joue le rôle de Lady Grantham et Hugh Bonneville celui de Lord Grantham dans Downton AbbeyCrédit : Splash News
Matt Smith dans le rôle du prince Philip et Claire Foy dans celui de la reine Elizabeth II dans une scène de The Crown

Matt Smith dans le rôle du prince Philip et Claire Foy dans celui de la reine Elizabeth II dans une scène de The CrownCrédit : AP
Gillian Anderson dans une scène de The Crown

Gillian Anderson dans une scène de The CrownCrédit : AP

L’eurodéputé suédois Charlie Weimers fulminait : « L’UE peut forcer les entreprises à répertorier les films, mais pas forcer les consommateurs à regarder.

« Quels téléspectateurs choisiront l’humour français plutôt que des classiques britanniques tels que Monty Python, Fawlty Towers, Blackadder et Yes, Minister ? »

L’année dernière, 22 pour cent des films et de la télévision à la demande provenaient des pays de l’UE et 8 pour cent du Royaume-Uni selon l’Observatoire européen de l’audiovisuel.

La plupart des 70 % restants sont constitués d’émissions à succès et de films américains.

La France serait à l’origine de la volonté de nous exclure alors qu’Emmanuel Macron cherche à redessiner le bloc sous une forme plus protectionniste.

La Grande-Bretagne est le plus grand producteur de films et de télévision du continent et réalise 1,4 milliard de livres sterling par an grâce aux ventes mondiales.

Parmi les autres signataires du pacte « Télévision transfrontalière » figurent des pays non membres de l’UE comme la Turquie, l’Ukraine, la Moldavie et la Bosnie.

Un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré : « Le Royaume-Uni est fier d’accueillir une industrie cinématographique et télévisuelle de classe mondiale qui divertit les téléspectateurs du monde entier.

Des centaines d’expatriés britanniques vivant en Espagne pourraient être contraints de retourner au Royaume-Uni en vertu des nouvelles règles du Brexit

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments