Des députés condamnent les « conditions choquantes » des demandeurs d’asile à Douvres

Un groupe de députés multipartites a mis en garde le gouvernement de Boris Johnson contre les «conditions choquantes» qu’ils ont découvertes dans les centres de détention pour demandeurs d’asile dans le Kent.

La députée travailliste Yvette Cooper, présidente de la commission des affaires intérieures, a écrit au ministre de l’Intérieur Priti Patel au sujet des installations « complètement inappropriées » après que sa commission ait visité des unités d’hébergement à Douvres.

Des femmes avec des bébés et des enfants faisaient partie des 56 migrants entassés dans une petite pièce recouverte de matelas – tandis qu’un enfant non accompagné a été retrouvé logé dans un bureau pendant 10 jours, ont déclaré les députés.

Outre les inquiétudes concernant la surpopulation et la durée des séjours, Mme Cooper a déclaré que son comité était « très préoccupé » par le « risque clair » d’une épidémie de Covid.

Dans la lettre à Mme Patel, Mme Cooper a déclaré: « Je vous écris pour exprimer de sérieuses préoccupations concernant les conditions choquantes que le comité a observées lors de sa visite à l’unité d’admission de Kent hier. »

Le haut député travailliste a déclaré que la salle de détention – dans laquelle les demandeurs d’asile détenus attendent d’être examinés – était « clairement inadaptée » pour les 56 personnes que le comité y a trouvées.

« La plupart des gens étaient assis ou allongés sur un matelas mince et ceux-ci couvraient presque tout le sol, y compris les allées entre les sièges », a-t-elle écrit.

« Partageant ces conditions exiguës, de nombreuses femmes avec des bébés et de très jeunes enfants, ainsi qu’un nombre important d’hommes adolescents et jeunes adultes. »

On a dit aux députés que la durée maximale de détention d’une personne dans cette pièce était de 24 heures, mais que ces dernières semaines, certaines personnes ont été détenues pendant des périodes allant jusqu’à 48 heures.

Mme Cooper a déclaré que le comité avait également visité l’atrium – où les gens restent lorsqu’ils ne sont plus en détention et attendent d’être transférés dans un logement ailleurs.

Décrivant l’atrium comme « essentiellement un espace de bureau », Mme Cooper a déclaré que le ministère de l’Intérieur avait confirmé qu’un enfant non accompagné y avait été détenu pendant plus de 10 jours.

Elle a écrit : « Une fille dormait sur un canapé dans un bureau, le seul logement séparé disponible. Pour les enfants, ce type d’hébergement à la journée est totalement inapproprié.

Jeudi, plus de 65 associations caritatives pour les enfants et les réfugiés ont écrit au secrétaire à l’Éducation Gavin Williamson pour l’avertir que les enfants demandeurs d’asile étaient placés dans des centres de détention « inappropriés » avec des soins limités de la part des adultes.

Les organisations caritatives ont averti que le gouvernement pourrait enfreindre sa propre législation, rendant illégal pour les autorités locales de placer des enfants dans ce type d’hébergement.

Mme Cooper a déclaré à BBC Radio 4 Aujourd’hui programme : « Cela a déjà été soulevé avec le ministère de l’Intérieur. En septembre de l’année dernière, l’inspecteur en chef des prisons a averti que les conditions de l’unité d’admission de Kent étaient inacceptables, en particulier pour la protection de l’enfance.

Elle a ajouté : « Garder autant de personnes dans une petite pièce comme ça pendant si longtemps n’est clairement pas approprié. Il y a donc un problème immédiat là-bas. »

Un porte-parole du gouvernement a répondu : « Pour répondre à nos obligations légales, des logements temporaires supplémentaires sont utilisés pour héberger les enfants demandeurs d’asile dans des logements sûrs et sécurisés, avant que les placements puissent avoir lieu via le programme national de transfert.

« Le ministère de l’Intérieur continue de travailler avec toutes les autorités locales ainsi qu’avec le ministère de l’Éducation pour s’assurer que les besoins sont satisfaits. »

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments