Actualité culturelle | News 24

Des centaines de milliers de personnes se rassemblent pour une prière de masse à Bagdad

Commentaire

BAGDAD – Des centaines de milliers d’Irakiens ont répondu à l’appel d’un religieux chiite influent à se rassembler vendredi dans une démonstration de force pour une prière de masse au cœur de la zone gouvernementale fortement fortifiée de Bagdad. Le rassemblement a eu lieu au milieu d’une crise politique croissante qui a mis la capitale du pays sur les nerfs.

Le puissant religieux, Muqtada al-Sadr, avait appelé ses partisans de tout l’Irak à venir prier à l’intérieur de la zone verte de Bagdad – une zone fortement fortifiée au cœur de la ville qui abrite des bâtiments gouvernementaux et des ambassades étrangères. Ils sont arrivés et se sont tenus dehors dans la chaleur torride de l’été, avec des températures atteignant 48 degrés Celsius (118 degrés Fahrenheit).

La prière de masse de vendredi était la dernière démonstration de force du religieux, dont le pouvoir politique découle de sa solide base de soutien à la base.

Al-Sadr a utilisé sa large base de partisans comme tactique de pression contre ses rivaux, après que son parti n’a pas été en mesure de former un gouvernement bien qu’il ait remporté le plus grand nombre de sièges lors des élections fédérales d’octobre dernier. Il a quitté le processus politique pour former le prochain gouvernement en juin.

Ses partisans se sont rassemblés face à l’Arc de la Victoire, un monument érigé sous le régime de Saddam Hussein pour commémorer la guerre Iran-Irak. Il a été construit dans le but d’organiser des défilés militaires.

Farid Jaafar, 16 ans, est arrivé de la province de Babylone pour montrer son soutien à al-Sadr. Son transport a été payé par le parti d’al-Sadr, a-t-il dit. “J’adore Muqtada”, a-t-il déclaré.

Tenir la prière dans la zone très restrictive qui est fermée à la plupart des Irakiens indique le pouvoir et l’influence du clerc.

Samedi dernier, des milliers de ses partisans ont pris d’assaut le parlement dans le but de faire dérailler les tentatives des rivaux chiites d’al-Sadr de former un gouvernement. Environ 125 personnes ont été blessées dans les violences, pour la plupart des manifestants et 25 membres des forces de sécurité.

Les partisans d’Al-Sadr ont campé à l’intérieur du parlement jusqu’à ce qu’il leur ordonne, après quatre jours, de se retirer du bâtiment de l’assemblée, mais de maintenir un sit-in à l’extérieur. Il appelle à la dissolution du parlement et à des élections anticipées.

Ses rivaux chiites du cadre de coordination soutenu par l’Iran ont déclaré qu’ils envisageraient d’organiser des élections anticipées en cas de consensus national.