Des « centaines » de faux diplômes libanais vendus aux Irakiens

Des « centaines » de faux diplômes libanais ont été vendus à des Irakiens.

L’Irak a convoqué son attaché culturel à Beyrouth pour une enquête sur la vente présumée de « centaines » de faux diplômes universitaires libanais à des Irakiens, dont des députés.

« Au moins trois universités libanaises privées sont impliquées », a déclaré jeudi à l’AFP une source universitaire irakienne, qui a requis l’anonymat.

Les autorités libanaises ont également ouvert une enquête sur les diplômes vendus à des Irakiens inscrits à des cours d’apprentissage à distance, a indiqué la source.

Plusieurs députés et hauts fonctionnaires ont payé pour obtenir une maîtrise ou un doctorat, notamment dans les matières religieuses, selon un autre responsable irakien qui a également requis l’anonymat.

Les faux diplômes, au nombre de centaines, coûtent « entre 5 000 $ pour une maîtrise et 10 000 $ pour un doctorat », a ajouté le responsable.

Les diplômes de l’enseignement supérieur sont souvent une condition préalable aux postes gouvernementaux convoités en Irak.

L’attaché culturel, Hashem al-Shammari, a été convoqué à Bagdad, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Enseignement supérieur, Haidar al-Aboudi.

Selon les médias libanais, l’Université islamique du Liban – affiliée au Conseil suprême islamique chiite du pays – a limogé son président et quatre chefs de département à cause du scandale.

Le Liban compte 36 universités privées, dont des institutions prestigieuses telles que l’Université américaine de Beyrouth.

Il compte également de nombreuses institutions ayant des affiliations religieuses autorisées par le gouvernement après la guerre civile libanaise de 1975-1990.


Ne manquez jamais une histoire. Choisissez parmi notre gamme de newsletters pour recevoir les nouvelles que vous souhaitez directement dans votre boîte de réception.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *