Des attentats à la voiture piégée en Somalie font au moins 100 morts

MOGADISCIO, Somalie –

Le président somalien a déclaré qu’au moins 100 personnes avaient été tuées dans les deux attentats à la voiture piégée de samedi à un carrefour très fréquenté de la capitale et que le bilan pourrait augmenter dans l’attaque la plus meurtrière du pays depuis qu’un camion piégé au même endroit il y a cinq ans a tué plus de 500 personnes.

Le président Hassan Sheikh Mohamud, sur le site des explosions à Mogadiscio, a déclaré aux journalistes que près de 300 autres personnes avaient été blessées. “Nous demandons à nos partenaires internationaux et aux musulmans du monde entier d’envoyer leurs médecins ici car nous ne pouvons pas envoyer toutes les victimes à l’extérieur du pays pour se faire soigner”, a-t-il déclaré.

Le groupe extrémiste al-Shabab lié à Al-Qaida, qui cible souvent la capitale et contrôle de grandes parties du pays, a revendiqué la responsabilité, affirmant qu’il visait le ministère de l’Éducation. Il a affirmé que le ministère était une “base ennemie” qui reçoit le soutien de pays non musulmans et “s’engage à retirer les enfants somaliens de la foi islamique”.

Al-Shabab ne revendique généralement pas sa responsabilité lorsqu’un grand nombre de civils sont tués, comme lors de l’explosion de 2017, mais il a été irrité par une nouvelle offensive très médiatisée du gouvernement qui vise également à fermer son réseau financier. Le groupe a déclaré qu’il était déterminé à se battre jusqu’à ce que le pays soit gouverné par la loi islamique, et il a demandé aux civils de rester à l’écart des zones gouvernementales.

Le président somalien, élu cette année, a déclaré que le pays restait en guerre avec al-Shabab “et nous sommes en train de gagner”.

L’attaque à Mogadiscio s’est produite un jour où le président, le Premier ministre et d’autres hauts responsables se réunissaient pour discuter des efforts accrus pour lutter contre l’extrémisme violent et en particulier contre al-Shabab. Les extrémistes, qui cherchent un État islamique, ont répondu à l’offensive en tuant d’éminents chefs de clan dans un effort apparent pour dissuader le soutien populaire.

L’attaque a submergé les premiers intervenants en Somalie, qui possède l’un des systèmes de santé les plus faibles au monde après des décennies de conflit. Dans les hôpitaux et ailleurs, des parents affolés ont jeté un coup d’œil sous des bâches en plastique et dans des sacs mortuaires, à la recherche d’êtres chers.

Halima Duwane cherchait son oncle, Abdullahi Jama. “Nous ne savons pas s’il est mort ou vivant, mais la dernière fois que nous avons communiqué, il était par ici”, a-t-elle déclaré en pleurant.

Les témoins de l’attaque ont été stupéfaits. “Je n’ai pas pu compter les corps sur le sol en raison du (nombre) de morts”, a déclaré le témoin Abdirazak Hassan. Il a déclaré que la première explosion avait frappé le mur d’enceinte du ministère de l’Éducation, où se trouvaient des vendeurs de rue et des changeurs de monnaie.

Un journaliste de l’Associated Press présent sur les lieux a déclaré que la deuxième explosion s’était produite devant un restaurant très fréquenté à l’heure du déjeuner. Les explosions ont démoli des tuk-tuks et d’autres véhicules dans une zone de nombreux restaurants et hôtels.

Le Syndicat des journalistes somaliens, citant des collègues et des policiers, a déclaré qu’un journaliste avait été tué et deux autres blessés par la seconde explosion alors qu’ils se précipitaient sur les lieux de la première. Le service d’ambulance d’Aamin a déclaré que la deuxième explosion avait détruit l’un de ses véhicules d’intervention.

Il n’était pas immédiatement clair comment des véhicules chargés d’explosifs se sont à nouveau rendus à l’endroit très médiatisé de Mogadiscio, une ville pleine de points de contrôle et constamment en alerte pour les attaques.

Les États-Unis ont décrit al-Shabab comme l’une des organisations les plus meurtrières d’al-Qaida et l’ont ciblée avec des dizaines de frappes aériennes ces dernières années. Des centaines de militaires américains sont rentrés dans le pays après que l’ancien président Donald Trump les a retirés.