Des archéologues découvrent un tas d’artefacts en Égypte vieux de plus de 3 500 ans

Figurine de Pharaon. Crédits image : Canva via Pexels.

L’équipe d’archéologues suppose que les objets ont été placés par des dévots égyptiens locaux il y a des milliers d’années à la chapelle d’Hathor.

Une équipe d’archéologues polonais a mis au jour un tas d’artefacts, qui seraient utilisés comme offrandes à l’ancienne déesse égyptienne de l’amour et de la fertilité dans une décharge vieille de 3 500 ans à Louxor, en Égypte. Les artefacts ont été découverts dans un temple construit pour vénérer la déesse Hathor. L’Egypte ancienne vénérait la déesse Hathor, connue des reliefs du temple d’Hatchepsout et de la mythologie égyptienne. La déesse est souvent représentée sous la forme d’une vache ou d’une femme avec des oreilles de vache. Selon un rapport de The First News, des archéologues polonais travaillant sur le site de Louxor sont tombés sur l’ancienne décharge alors qu’ils travaillaient à la reconstruction de la chapelle de la déesse Hathor, située dans le complexe du temple d’Hatchepsout. Le rapport mentionne que l’équipe du Centre polonais d’archéologie méditerranéenne de l’Université de Varsovie est tombée sur des flacons en céramique avec des motifs de poitrine et des figurines de vache dans les décombres. Plusieurs dizaines de figurines féminines ont été découvertes dans la tombe qui était cachée par la surface des détritus sur le dessus. L’ancien dépotoir était resté intact depuis l’Antiquité. Les archéologues pensent que ces artefacts ont été donnés en offrande à Hathor, notamment des assiettes et des bols peints avec des motifs végétaux, symbolisant la renaissance de la Terre des Morts.

S’adressant à The First News, Patryk Chudzik, responsable des fouilles et membre de l’équipe de recherche, a déclaré : « Après y être entré, cependant, il s’est avéré qu’il n’avait jamais été examiné et nettoyé, car les débris gisaient jusqu’à une hauteur d’environ la moitié. un mètre. Les offrandes votives ont été laissées par des résidents locaux qui ont demandé à Hathor son soutien. Chudzik a également déclaré : « Dans l’antiquité, le tombeau était la proie des voleurs. Il devait avoir de la valeur, car il appartenait à une personne étroitement associée au pharaon Mentuhotep II, probablement son fils ou sa femme.

Comment se fait-il que les artefacts aient été trouvés dans un état de dum empilé ? L’équipe d’archéologues suppose que les objets ont été placés par des dévots égyptiens locaux il y a des milliers d’années à la chapelle d’Hathor. Comme il y avait tant de fidèles qui offraient les artefacts, les directeurs du temple ont dû les nettoyer, créant ainsi un tas d’ordures.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici. Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Télégramme.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.