Dernières Nouvelles | News 24

Des archéologues découvrent des restes « étonnants » de chevaux enterrés il y a 2 000 ans

Inrap

Les archéologues ont découvert des tombes contenant les restes de chevaux enterrés il y a environ 2 000 ans.

Note de l’éditeur: Inscrivez-vous à la newsletter scientifique Wonder Theory de CNN. Explorez l’univers avec des informations sur des découvertes fascinantes, des avancées scientifiques et bien plus encore..



CNN

Archéologues dans France ont découvert neuf tombes « étonnantes » contenant les squelettes de 28 chevaux enterrés il y a environ 2 000 ans, bien que la cause précise de leur décès reste un mystère.

Découvertes à Villedieu-sur-Indre, une commune du centre de la France, deux des tombes ont jusqu’à présent été entièrement fouillées, a indiqué l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) dans un communiqué.

Les chevaux ont été datés au radiocarbone entre 100 avant JC et 100 après JC.

Les archéologues ont trouvé 10 squelettes complets de chevaux dans une fosse et deux dans l’autre, tous soigneusement placés de la même manière, couchés sur leur flanc droit, la tête tournée vers le sud.

Tous ces chevaux ont été enterrés en même temps peu après leur mort, ont indiqué les archéologues après avoir observé la position des squelettes et les connexions entre les os.

Une autre tombe est située entre ces deux fosses mais elle contient deux chiens de taille moyenne, tous deux couchés sur le côté gauche, la tête tournée vers l’ouest.

Inrap

Jusqu’à présent, deux des neuf tombes ont été entièrement fouillées.

Les archéologues n’ont pas encore complètement fouillé les tombes restantes, mais ont déjà identifié un total de 28 chevaux à partir des crânes et des os coxaux qui apparaissent à la surface.

Cependant, la cause précise du décès des chevaux reste encore floue.

Les archéologues ont exclu une épidémie puisqu’il n’y a ni poulains ni juments dans ces tombes ; tous les squelettes sont des étalons adultes âgés de plus de quatre ans. Cela laisse, selon les archéologues, la possibilité que ces chevaux aient été tués au combat ou dans le cadre d’un sacrifice rituel.

Lorsque ces chevaux moururent il y a environ 2 000 ans, il existait une colonie celtique fortifiée connue sous le nom d’oppidum. à seulement quelques centaines de mètres et cet emplacement reflète celui de deux autres sites funéraires de chevaux similaires que les archéologues avaient déjà découverts dans la même région.

En raison de cet emplacement, ils ont émis l’hypothèse que la mort des chevaux sur les sites pourrait être lié aux batailles de la guerre des Gaules au cours desquelles Jules César a conquis la Gaule entre 58 et 50 av.

Inrap

Les chevaux peuvent avoir été tués au combat ou sacrifiés.

Il peut cependant y avoir une autre explication : le sacrifice rituel.

« L’hypothèse selon laquelle ces animaux auraient été sacrifiés dans le cadre d’un rituel complexe, dont il ne reste que quelques restes, doit également être envisagée », précise le communiqué de l’INRAP.

Si ces chevaux ont effectivement été enterrés dans le cadre d’un rituel plutôt que tués au combat, leur nombre montre « l’importance et l’étendue du sacrifice », ajoute le communiqué.

D’autres découvertes sur le site, situé sur le versant d’une vallée, comprennent des bâtiments, des fosses, des fossés et une route que les archéologues ont daté de la fin du Ve et du début du VIe siècle.


Source link