Des anarchistes néerlandais squattent la maison d’un milliardaire russe — RT World News

Le groupe proteste contre la richesse du fondateur de Yandex ainsi que contre le conflit en Ukraine

Des squatteurs ont occupé la propriété d’Amsterdam d’Arkady Volozh, le milliardaire fondateur du moteur de recherche russe Yandex. Les membres du groupe disent qu’ils ont repris le bâtiment du russe sanctionné pour protester contre le conflit en Ukraine, ainsi que les activités des capitalistes “parasites.”

Volozh est sanctionné par l’UE et, à ce titre, il lui est actuellement interdit de vendre ou d’entretenir le bâtiment, a rapporté lundi NRC. La propriété étant dans les limbes, des squatters ont emménagé jeudi et des banderoles lisant “contre la guerre et le capitalisme” pendent maintenant de la façade du bâtiment, situé sur une rue résidentielle dans la partie sud aisée de la ville.

Le site d’information néerlandais a noté que la police avait visité les squatters, mais le résultat de la visite n’est pas clair. On ne sait pas non plus combien de personnes séjournent dans le bâtiment ou comment elles y ont eu accès.





Dans un communiqué, les squatters ont déclaré qu’ils étaient “contre la guerre, contre la cupidité des oligarques et des milliardaires et contre les parasites que l’empire crée.” Leur sit-in a été organisé « en soutien aux anarchistes ukrainiens et russes qui se battent contre leur État », ajoute le groupe.

Volozh a démissionné de son poste de PDG de Yandex plus tôt cet été après que son nom ait figuré sur la liste noire des sanctions de l’UE. L’entreprise a cependant continué à prospérer et a annoncé le recrutement de quelque 2 000 nouveaux employés en juillet. Plus tard ce mois-là, il a annoncé son intention de vendre une technologie de prévision météorologique à des entreprises du Mexique et du Brésil.

Yandex est la plus grande entreprise technologique de Russie et est utilisée pour environ 60 % des recherches en Russie. Sa société holding, Yandex NV, est enregistrée à Amsterdam.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :