Dernier rapport Israël-Hamas : les frappes israéliennes « tuent 241 personnes en 24 heures » ; personnes « arrêtées en sous-vêtements dans le stade de Gaza » | Nouvelles du monde

Témoin oculaire : un Cisjordanie affirme que des colons israéliens brandissant des fusils et des machettes ont incendié les maisons familiales

Par Nicole Johnston, correspondante de Sky News en Cisjordanie

Subhi Shaledeh et sa famille élargie possédaient environ 500 acres de pâturages de première qualité en Cisjordanie occupée, dans le village de Janoub. Ils possédaient des oliviers et des centaines de moutons. La terre appartenait à la famille depuis des décennies.

Mais du jour au lendemain, ils ont perdu leurs moyens de subsistance et leurs terres.

Shaldedeh affirme que le 9 octobre, deux jours après l’attaque du Hamas du 7 octobre, des colons d’un avant-poste israélien, considéré comme illégal selon le droit israélien et international, ont pris d’assaut leurs terres et détruit leurs maisons.

« Plus de 50 colons armés de longs fusils, de fusils, de couteaux et de machettes sont venus », a déclaré Shaledeh.

« Ils sont entrés dans nos maisons, ont incendié nos maisons et ont emporté notre bétail. »

La famille de neuf personnes, dont sept enfants, ainsi que quelque 70 membres élargis du clan Shaledeh, se sont retrouvés soudainement sans abri.

« Les colons ont profité de la guerre à Gaza. Ils nous ont expulsés de nos terres et nous ont dit de partir. ‘C’est une guerre ouverte’, ont-ils dit. »

N’ayant aucun moyen de se défendre et personne à qui faire appel, la famille a été contrainte de fuir immédiatement.

Ils n’ont pas pu rentrer, l’armée a fermé les routes, un poste de contrôle israélien bloque le passage et la famille Shaledeh affirme que les colons des avant-postes ont repris leurs terres.

La famille palestinienne loue désormais une chambre pour sa grande famille dans un village voisin. Ils ne peuvent pas récolter leurs olives ni vendre leurs moutons. Tout est parti.

« Nous avons informé la Croix-Rouge, les autorités palestiniennes et israéliennes et nous avons déposé des plaintes », explique Shaledeh. « Nous ne savons pas ce qui va se passer. »

Cela a été l’année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les Palestiniens en Cisjordanie occupée. Environ 500 personnes ont été tuées dans les violences des colons et les raids de l’armée israélienne. Une trentaine d’Israéliens ont également été tués dans les violences israélo-palestiniennes.

Israël affirme que la violence extrême des colons est perpétrée par une petite minorité et que les raids militaires israéliens ciblent les groupes militants palestiniens.

Subhi Shaledeh est un homme brisé. Ayant une famille nombreuse à charge, ce fier propriétaire terrien palestinien a été contraint à la pauvreté. Sa terre et sa liberté lui ont été retirées.

Il espère et prie pour récupérer ses terres un jour, mais avec des groupes internationaux de défense des droits de l’homme comme l’ONU affirmant que les colons agissent avec une impunité croissante en Cisjordanie occupée, les espoirs de Shaledeh s’estompent rapidement.