Actualité du moment | News 24

Débat conservateur : Fiery Bill 96 échanges, 3 autres moments marquants

Les candidats à la direction du Parti conservateur du Canada Scott Aitchison, Roman Baber, Patrick Brown, Jean Charest, Leslyn Lewis et Pierre Poilievre se sont affrontés lors du deuxième débat officiel du parti mercredi soir à Laval, au Québec.

Contrairement à certaines attentes, compte tenu de la reprise de la conversation sur les lois sur les armes à feu à la suite d’une fusillade de masse au Texas, il n’y a pas eu de discussion substantielle sur le contrôle des armes à feu pendant le débat. Au lieu de cela, les candidats ont cherché à se différencier sur l’inflation, les langues officielles et la politique étrangère.

De quelques échanges enflammés sur des dossiers brûlants à la maîtrise du français des candidats, voici quelques moments clés du débat francophone.

FIERY BILL 96 & BILL 21 ÉCHANGES

Sans surprise, deux projets de loi québécois controversés, le projet de loi 96 et le projet de loi 21, ont consommé une grande partie du débat mercredi soir.

La première, qui vise à affirmer que la seule langue officielle et commune du Québec est le français et à faire en sorte que le français soit utilisé exclusivement dans les lieux de travail et les municipalités, a été adoptée par l’Assemblée nationale mardi. Ce dernier interdit à plusieurs types de travailleurs publics, y compris les enseignants et les policiers, de porter des symboles religieux au travail et a été adopté en 2019.

Brown a fait valoir que le projet de loi 96 va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés. Lui et Charest ont accusé Poilievre de changer son opinion sur le projet de loi 21 en fonction de la personne à qui il s’adressait, parfois en le soutenant, parfois en s’y opposant.

Poilievre a réfuté cela, déclarant qu’il s’est toujours opposé au projet de loi et qu’il voterait contre s’il était déposé à la Chambre des communes.

Charest a déclaré que le gouvernement fédéral ne devrait pas adopter une position neutre à ce sujet.

Le ministre de la Justice, David Lametti, a déclaré mercredi aux journalistes qu’Ottawa était prêt à intervenir dans les deux cas, lorsque les projets de loi parviendront à la Cour suprême.

Pendant ce temps, Lewis a déclaré que le projet de loi 96 est un “mauvais” projet de loi et “pas une bonne approche”, mais a ajouté que l’apprentissage de la langue française a été une joie personnelle et que le prochain chef du parti devrait au moins s’engager à l’apprendre.

Baber et Aitchison ont également exprimé leur inquiétude face aux factures.

BEAUCOUP DE LECTURE DE NOTES

En parlant de langue, il était très clair que les six candidats n’avaient pas tous la même maîtrise du français.

Alors que Charest et Poilievre ont été en grande partie capables de s’engager sans baisser les yeux, marquer des points et indiquer leur position face à l’adversaire à qui ils parlaient, tout au long de la nuit, il était courant de voir Aitchison, Lewis et Baber consulter leurs notes pendant leurs réponses et ne pas obtenir dans la plupart des parties du débat ouvert.

Brown s’est retrouvé quelque part au milieu, se défendant dans les échanges français, tout en se référant parfois à ses notes.

Lors de l’ouverture, Baber a reconnu son manque de compétences en français, demandant un peu de pardon.

Il a dit qu’il savait à quel point il est important pour le premier ministre de pouvoir parler à la fois l’anglais et le français, et a déclaré que depuis trois ans, il prend des cours de français presque tous les matins.

Ensuite, lorsque le sujet des langues officielles a été abordé, Lewis a déclaré qu’elle s’était engagée à continuer à apprendre et que le processus jusqu’à présent avait été, selon le traducteur anglais, “une expérience merveilleuse”.

PLUS D’ATTAQUES, ACCUSATIONS DE FLIP-FLOPPING

L’événement de mercredi était le dernier débat prévu par le parti pour cette course à la direction, bien qu’il ait laissé entendre qu’il est possible qu’un autre soit convoqué dans les mois à venir.

Ne prenant aucun risque, le débat francophone a vu les candidats tenter leur chance pour se différencier de leurs adversaires. Et cette fois, il n’y avait pas de trombone triste pour empêcher les candidats de dévier de la question posée. Cela a entraîné des attaques plus pointues de la part des candidats.

À divers moments de la nuit, Charest et Brown ont fait des efforts pour adresser leurs critiques à Poilievre et à ses positions.

À un moment donné, Brown l’a accusé d’avoir fait volte-face sur sa position sur la taxe sur le carbone, puis plus tard, il a suggéré que son opposition aux mandats de vaccins n’était vraiment devenue sa position que depuis qu’il s’était présenté à la direction, déclarant que pendant la pandémie, il avait tweeté des milliers de fois, mais pas sur les mandats de vaccin COVID-19, que Poilievre a réfutés.

Poilievre n’a pas retenu ses coups non plus, suggérant qu’on ne pouvait pas faire confiance à Brown en citant son temps en tant que chef du PC de l’Ontario et en allant dur après le record de Charest en tant que premier ministre du Québec. Peu d’attaques de la soirée, voire aucune, visaient les trois autres candidats sur scène.

RELATIONS AVEC LA CHINE ET INTERDICTION DE HUAWEI

Les candidats ont également eu l’occasion de dire comment, selon eux, le Canada devrait gérer sa relation précaire avec la Chine, y compris s’ils, comme le gouvernement libéral, interdiraient Huawei du déploiement de la 5G au Canada.

Brown est allé en premier, arguant que l’exportation d’énergie propre et le soutien à la Chine dans la réduction de ses émissions sont un moyen d’améliorer les relations avec la superpuissance, qui, selon lui, ont été fracturées depuis l’époque du gouvernement Harper. C’était encore une autre façon de se faufiler dans un coup subtil à Poilievre qui a servi comme ministre du cabinet de l’ancien premier ministre.

Brown a également accusé Poilievre d’être le seul candidat avec le soutien d’un dirigeant de Huawei, faisant référence au vice-président des affaires générales Alykhan Velshi.

Poilievre, quant à lui, a déclaré que le Canada peut à la fois équilibrer les intérêts économiques et défendre nos valeurs et principes démocratiques face à la Chine. Semblable au débat en anglais, il a appelé Charest à dévoiler combien il a été payé pour travailler comme consultant pour Huawei après avoir quitté la politique provinciale.

Sa série de questions a suscité un tonnerre d’applaudissements de la part du public.

Charest a riposté, notant, comme il l’a fait dans le passé, qu’il n’avait travaillé sur aucun problème avec l’entreprise qui aurait mis en péril les intérêts de sécurité nationale du Canada. Il a également vanté son implication pour aider à libérer les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor de leur détention en Chine.

Revenant sur les relations du Canada avec la Chine, Charest a fait valoir que le Canada devrait revoir complètement sa législation sur la sécurité en matière de télécommunications.

Il a également laissé entendre que le Canada n’avait pas été invité à se joindre au nouveau cadre économique indo-pacifique pour la prospérité en raison de sa piètre réputation à l’échelle mondiale. “Nous sommes portés disparus”, a-t-il déclaré.