De nombreux gestionnaires actifs à grande capitalisation battent leurs indices de référence, malgré le tumulte des marchés en 2022

FNB Edge, 26 septembre 2022

Un marché volatil est traditionnellement une pression sur les gestionnaires actifs lorsqu’ils naviguent dans les portefeuilles de leurs clients, mais 2022 s’est avérée être une année non conventionnelle pour leurs opérations.

Selon le Tableau de bord SPIVA USune nouvelle étude de S&P Global, les gestionnaires actifs de grandes capitalisations connaissent la meilleure année par rapport à leurs indices de référence depuis 2009.

En moyenne, environ 68 % des gestionnaires de grandes capitalisations sous-performent leurs indices de référence, mais l’étude a révélé que seuls 51 % ont sous-performé au cours du premier semestre de cette année.

“Historiquement, battre l’indice de référence est très difficile”, a déclaré lundi Anu Ganti, directeur principal de la stratégie d’investissement indiciel chez S&P Dow Jones Indices, à Bob Pisani de CNBC sur “ETF Edge”.

“Et il y a quelques raisons clés pour lesquelles nous avons vu ce vent arrière dans la première moitié du marché.”

Ganti a déclaré que la baisse du marché a entraîné des pertes sur les actions et les titres à revenu fixe, ainsi qu’une hausse des taux et une hausse de l’inflation. Ce type d’environnement commercial améliore la valeur des compétences en gestion active, a-t-elle déclaré.

“Le numéro 1 est la dispersion croissante, qui mesure l’écart entre les rendements d’un indice”, a-t-elle déclaré. “Plus la dispersion est grande, plus la possibilité d’ajouter de la valeur à partir de la sélection de titres est grande.”

Selon l’étude SPIVA, une plus grande dispersion implique une plus grande possibilité de générer des performances supérieures à la moyenne grâce à une sélection judicieuse des titres. Mais cela implique également un risque accru de sélectionner un retardataire, ce qui se traduit par de nombreuses opportunités d’ajouter et de perdre de la valeur.

“Deux autres points pour vous”, a déclaré Ganti. “Historiquement, nous avons vu que les portefeuilles actifs ont tendance à être plus proches de l’égalité en capitalisation pondérée. Alors peut-être que c’était un autre vent arrière de la sous-performance des méga-caps. Et enfin, nous avons vu la reprise de la valeur après des décennies de sous-performance. Ce sont tous quelques-uns des renversements de cette année qui ont potentiellement joué un rôle.”

Non seulement 2022 est une année légèrement meilleure pour les conseillers individuels, mais de plus grandes entreprises comme Capital Group et Morgan Stanley entrent également dans l’espace ETF.

“C’est une bonne nouvelle pour l’espace ETF”, a déclaré Tom Lydon, vice-président de VettaFi, dans le même segment.

“Nous espérons que nous allons voir moins de frais, nous pensons que nous allons voir beaucoup plus d’efficacité fiscale”, a-t-il déclaré. “Les coûts de négociation ont diminué, ce qui vous empêche d’essayer de battre cette référence.”

Mais Lydon s’est également demandé pourquoi les gestionnaires cherchant à surperformer ne regardaient pas au-delà des secteurs avec une pondération décroissante dans le S&P 500, comme l’énergie et les services publics.

“Si vous lisez les feuilles de thé et que vous recevez simplement les signaux des économistes sur les marchés, vous pensez que vous auriez poussé un peu plus”, a-t-il déclaré. “Je pense qu’il y a trop d’étreintes sectorielles, ce qui entrave la capacité des conseillers et des gestionnaires à battre leurs indices de référence.”

Depuis sa première publication en 2002, le SPIVA US Scorecard a suivi le débat entre gestion active et gestion passive. Alors que les résultats du premier semestre 2022 sont prometteurs pour les gestionnaires de fonds, les résultats à long terme sont révélateurs. Quatre-vingt-quatre pour cent des gestionnaires actifs sous-performent les indices de référence après cinq ans. Cela passe à 90 % après 10 ans et à 95 % après 20 ans.

Jusqu’à présent cette année, Ganti a déclaré que le cycle était “décevant” pour les gestionnaires de croissance à grande, moyenne et petite capitalisation dans tous les domaines.

“C’est intéressant parce qu’au départ, vous auriez pensé qu’ils auraient peut-être pu s’orienter vers la valeur qui a surperformé”, a-t-elle déclaré. “Et peut-être que ces gestionnaires de croissance étaient plus concentrés sur les noms les plus en croissance par rapport à notre indice, et donc ils ont été touchés par cette faiblesse et cette croissance.”

Clause de non-responsabilité